C’est confirmé : la lumière bleue des écrans détruit votre rétine

Des chercheurs américains ont découvert que lorsque la lumière bleue produite par nos écrans est émise sur une molécule particulière de l’œil, elle déclenche des réactions chimiques en chaîne qui provoquent l’apparition de particules toxiques pour les cellules photoréceptrices de notre rétine. Explications.

Une perte de vision irréversible

Si on savait depuis quelques années que la lumière bleue émise par nos écrans d’ordinateur, des smartphones et des tablettes était extrêmement néfaste pour nos yeux, une récente étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Toledo (États-Unis) vient de démontrer que lorsque cette dernière est émise sur une molécule particulière de l’œil, elle déclenche une série de réactions chimiques qui entrainent l’autodestruction de la rétine. Un processus terrible qui peut conduire à une perte de vision irréversible.

Lorsqu’une source émet de la lumière bleue, des réactions successives se produisent à l’intérieur de notre œil, qui n’est pas habitué à recevoir ce type de rayonnement. Cela va conduire à la formation de molécules toxiques qui vont s’attaquer aux cellules photoréceptrices de notre rétine, et les détruire. Comme l’explique le Dr. Kasun Ratnayake, co-auteur de l’étude, il s’agit malheureusement d’un processus irréversible : « Les cellules photoréceptrices de notre œil ne se régénèrent pas. Une fois qu’elles sont mortes c’est pour de bon ».

Des effets similaires à ceux de la DMLA

Les chercheurs ont découvert qu’à terme, l’exposition prolongée à la lumière bleue aurait les mêmes effets sur l’œil que la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), qui endommage la macula, partie centrale de la rétine et conduit à une perte progressive de la vue chez les personnes de plus de cinquante ans. Pire encore, ce processus particulièrement rapide et agressif provoquerait également des troubles de la vision chez les sujets les plus jeunes y étant exposés.

Les chercheurs de l’Université de Toledo ont cependant découvert que la α-tocophérol, molécule présente naturellement dans notre organisme et considérée comme un anti-oxydant naturel, était capable de stopper la mort des cellules de la rétine. Malheureusement, celle-ci n’a un impact bénéfique que pour les sujets les plus jeunes, et se révèle inefficace chez les personnages âgées ou immunodéprimées.

Pour se protéger, les scientifiques recommandent de porter des lunettes filtrant la lumière bleue, de ne pas utiliser les appareils qui en émettent dans la pénombre, et d’installer des logiciels comme F.lux, qui vont réduire l’émission de ce rayonnement nocif.

© Austin Guevara – Pexels

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux