— zimmytws / Shutterstock.com

Si actuellement, la reine d’Angleterre Elizabeth II est la souveraine au règne le plus long, avec plus de 67 ans à la tête de la Couronne d’Angleterre, le record absolu du règne le plus durable est, à ce jour, détenu par le roi eswatinien Sobhuza II, qui régna sur l’Eswatini pendant 82 ans !

Le jeune roi Nkhotfotjebni (ou lézard de pierre en swati), est âgé de seulement quelques mois lors du décès de son père en 1899. Après une longue régence assurée par sa grand-mère, il devient officiellement roi de l’Eswatini, alors connu sous la dénomination de Swaziland, le 22 décembre 1922 et devient alors Sobhuza (Lion en swati) deuxième du nom.

Jouissant d’une éducation solide grâce à l’intervention de sa grand-mère, il contribue aux grands changements du pays, notamment à l’obtention de l’indépendance de son pays, alors colonie britannique, en 1968. Le pays devient une monarchie absolue en 1973, et Sobhuza II obtient les pleins pouvoirs, interdisant au passage les partis politiques et condamnant la liberté d’expression. Malgré un taux de séropositivité parmi les plus élevés au monde, et une grande pauvreté persistante au sein du pays, il connaît pour la première fois une certaine stabilité, grâce aux efforts faits par le royaume en matière d’éducation et de santé. L’exportation de riz, de coton et de canne à sucre permet pendant un temps à l’Eswatini de s’enrichir, tout en creusant un fossé entre les inégalités de richesses.

Le souverain décède en 1982, après un règne de 82 ans, huit mois et 11 jours, en considérant sa régence. Marié à plus de 70 femmes et ayant donné naissance à plus de 210 enfants, sa mort entraîne une vaste querelle au sein des héritiers potentiels. C’est finalement son 67e fils qui accède au trône en 1986, sous le nom de Mswati III. Mswati III est resté dans la tradition politique entamée par son père, et est actuellement le dernier monarque absolu d’Afrique. Malgré sa vive opposition à l’instauration de la démocratie dans son pays, il restaure le Parlement dissout par son père, dont il désigne cependant lui-même les parlementaires.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de