C’est un coup de tonnerre qui a frappé La République En Marche. Alors qu’une coalition avec un parti européen était prévue, la découverte de son financement par Monsanto a refroidi le parti d’Emmanuel Macron. Une nouvelle qui pose la question des financements de partis par les entreprises mais aussi du rôle de Monsanto, fabricant du glyphosate.

UN GRAIN DE SABLE VERS LES ELECTIONS EUROPÉENNES

En Novembre 2018, Astrid Panosyan, déléguée à l’action internationale de La République En Marche (LREM), participe au congrès de L’Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe (ALDE). Ce parti centriste européen se prépare à devenir un allié pour le parti d’Emmanuel Macron en marge des prochaines élections européennes.

Astrid Panosyan déclarait à l’époque que le parti « est le noyau avec lequel En Marche veut construire cette coalition ». Toutefois, la découverte de l’origine des financements de l’ADLE va être au cœur d’une tornade médiatique

UN FINANCEMENT POINTÉ DU DOIGT

Bayer, alias Monsanto, fait partie des principaux investisseurs du parti au même titre que Microsoft ou Google. A l’approche des élections, la nouvelle choque à cause des récents scandales liés au glyphosate. Mais ces financements sont autorisés par l’Union Européenne. L’ALDE a ainsi reçu depuis l’an dernier plus de 425 000 euros de la part d’entreprises privées.

Face à ce constat, la question du conflit d’intérêt se pose. Plus le financement est important, plus les entreprises peuvent facilement influencer les personnalités politiques.

Le glyphosate reste encore très utilisé

QUE PRÉVOIENT DE FAIRE LES DEUX PARTIS ?

Didrik de Schaetzen, le porte-parole de l’ALDE se veut rassurant et rappelle que l’argent peut être refusé « si cela ne colle pas avec nos positions ou si l’on craint que l’entreprise attende quelque chose en retour ».

Les financements d’entreprises ne représentent que 4% du budget de l’ADLE. Mais cela indigne La République En Marche qui estiment que ces financements devraient être interdits. Depuis, l’alliance avec l’ALDE a été abandonnée. Le porte-parole de l’ALDE signale toutefois ne pas être au courant d’un changement de leur coté.

Le président Emmanuel Macron © Commons Wikipedia / Remi Jouan

.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de