— Ruslan Huzau / Shutterstock.com

L’être humain vit rarement au-delà de 100 ans. Et pourtant, il existe certaines personnes qui arrivent à vivre bien au-delà de la centaine. De nombreuses théories ont été évoquées pour expliquer une telle longévité, et cette nouvelle étude donne une explication très pertinente sur le sujet. Selon l’étude, la longévité des centenaires est liée au microbiote intestinal.

Les centenaires possèdent des bactéries liées à un intestin plus sain

Selon de nouvelles recherches effectuées par les chercheurs de l’université de Harvard et du Keio University School of Medicine à Tokyo, les microbiomes des centenaires révèlent une explication possible sur leur longévité. L’étude a en effet permis de déterminer que les centenaires ont un microbiome unique qui peut les protéger de certaines infections bactériennes, y compris celles causées par des bactéries multirésistantes. Selon les chercheurs, c’est une information de plus sur l’importance de l’implication des bactéries intestinales sur notre immunité. Mieux encore, les résultats de l’étude, publiés dans la revue Nature, pourraient aider les chercheurs à développer de nouvelles façons de traiter l’inflammation chronique et les maladies bactériennes.

Pour aboutir à cette conclusion, les chercheurs ont analysé les microbiotes des centenaires à travers des échantillons de selles prélevés sur 160 personnes âgées de plus de 100 ans. Ils ont ensuite comparé le microbiote des centenaires à ceux de 122 personnes âgées de 85 à 89 ans et de 47 personnes âgées de 21 à 55 ans. Les analyses ont révélé que les centenaires avaient des niveaux plus élevés de plusieurs espèces bactériennes qui produisent des molécules appelées acides biliaires secondaires, une substance qui arrête la croissance d’autres bactéries dangereuses. En effet, les acides biliaires secondaires sont générés par les microbes du côlon afin de protéger les intestins des agents pathogènes et de réguler les réponses immunitaires du corps.

En procédant par la suite à l’analyse des métabolites intestinaux des participants à l’étude, les chercheurs ont constaté que des niveaux particulièrement élevés d’un acide biliaire secondaire appelé acide isoallolithocholique (isoalloLCA) pouvaient être observés chez les centenaires. En effectuant des analyses plus approfondies auprès d’un homme de 110 ans chez lequel le niveau d’isoalloLCA était particulièrement élevé, les chercheurs ont découvert que cet acide biliaire secondaire était produit par des bactéries appartenant à la famille des Odoribacteraceae. Les chercheurs ont également effectué des expériences en laboratoire afin de déterminer le rôle de cet acide, et les résultats suggèrent que l’isoalloLCA peut contribuer à un intestin plus sain en empêchant la croissance de mauvaises bactéries.

— Photobac / Shutterstock.com

Des études supplémentaires seront nécessaires

Pour l’instant, les chercheurs ignorent pourquoi les personnes de plus de 100 ans développent plus de ces bactéries dans leur organisme. « Peut-être que des facteurs génétiques et le régime alimentaire ont influencé la composition du microbiote intestinal », a suggéré Kenya Honda, auteur principal de l’étude, au Daily Mail. De plus amples études seront ainsi nécessaires pour vérifier cette hypothèse. Par ailleurs, les chercheurs ont également tenu à préciser que s’il existe effectivement une association entre ces bactéries intestinales et une longévité exceptionnelle, l’étude n’a pas prouvé que ces bactéries ont effectivement permis à ces individus de vivre plus longtemps.

De plus, l’étude n’a pas tenu compte des facteurs liés au mode de vie, comme l’alimentation, ainsi que des facteurs génétiques. « Bien que cela puisse suggérer que ces bactéries productrices d’acide biliaire puissent contribuer à une durée de vie plus longue, nous n’avons aucune donnée montrant la relation de cause à effet entre elles », a déclaré Honda à Live Science. Quoi qu’il en soit, les chercheurs pensent que c’est une excellente piste à explorer pour produire des probiotiques qui pourraient permettre d’améliorer la santé humaine. D’autres recherches supplémentaires seront donc menées dans cet objectif.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de