— muratart / Shutterstock.com

Survenu il y a environ 790 000 ans, ce choc avait été si violent que les débris générés avaient été éparpillés sur plusieurs continents. Mais jusqu’à récemment, les chercheurs n’avaient pas été en mesure de localiser le cratère d’impact.

Un choc d’une violence inouïe

Au fil des années, des tectites, blocs vitreux de roche terrestre fondue, générées par la collision de cette météorite avec la Terre avaient été localisées de l’Indochine à l’est de l’Antarctique. Une répartition qui soulignait la violence inouïe du choc et faisait dire aux chercheurs que cette pluie de débris s’était abattue sur environ de 10 % de la planète. Mais ce n’est que récemment que les scientifiques ont été en mesure de localiser l’emplacement exact du cratère, grâce à une analyse géochimique des roches. Dissimulé sous un champ de lave volcanique refroidie s’étendant sur près de 5 000 km², celui-ci se trouve sur le plateau des Bolovens, dans le sud du Laos.

Une forte abondance de tectites dans la partie centrale de l’Indochine avait longtemps poussé les chercheurs à se concentrer sur cette région du monde afin de localiser le fameux cratère, sans succès. C’est finalement grâce à l’analyse de données satellites que les géologues de l’université technologique de Nayang (Singapour), dont les travaux ont été présentés dans la revue PNAS, sont parvenus à élucider ce mystère vieux d’une centaine d’années. Auparavant, leurs soupçons s’étaient portés sur des cratères érodés du sud de la Chine, du nord du Cambodge ou du centre du Laos, qui s’étaient finalement révélés bien trop anciens (entre 66 et 252 millions années).

Le plateau des Bolovens cache sans doute le cratère dont l’impact a produit des tectites à des centaines de kilomètres à la ronde — © Sieh et al./PNAS 2019

17 kilomètres de long et une centaine de mètres de profondeur

L’analyse géochimique réalisée par les chercheurs singapouriens sur le plateau des Bolovens a confirmé que les laves étaient plus récentes (entre 51 000 et 780 000 ans) que l’impact de la météorite. Il se trouve par ailleurs que les tectites contenaient du basalte volcanique similaire à celui trouvé à proximité du site, tandis que des cristaux de quartz découverts dans des affleurements rocheux de grès présentaient des déformations dues à un choc violent. Ce qui a conforté les scientifiques dans l’idée que ce fameux cratère d’impact se trouvait bien dans cette région du sud du Laos.

Afin de le localiser plus précisément, des mesures de gravité ont été effectuées en plus de 400 points, et ont révélé la présence d’une zone de densité moindre correspondant à un cratère de forme allongée, mesurant 13 kilomètres sur 17 et profond d’une centaine de mètres. Selon les estimations des chercheurs, la météorite mesurait à l’origine 2 kilomètres de diamètre, et l’impact généré aurait expulsé dans les airs des roches de taille réduite à une vitesse supérieure à 450 mètres par seconde, annihilant faune et flore dans un rayon de 500 kilomètres.

« Ces différentes observations suggèrent que le site d’impact se trouve bien sous cet amas de roches volcaniques », notent les auteurs de l’étude, qui entendent s’appuyer sur cette découverte afin d’évaluer les conséquences d’un tel cataclysme s’il se produisait aujourd’hui.

— Oliver Denker / Shutterstock.com

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de