— David Dirga / Shutterstock.com
— David Dirga / Shutterstock.com

Si l’expression « manger comme un cochon » semble en dire long sur l’hygiène supposée de l’animal, il se pourrait que ces idées reçues soient en réalité complètement fausses. Effectivement, plusieurs études, réalisées notamment au zoo de Bâle, en Suisse, et théorisées par les chercheurs de l’University College de Londres, montrent que les sangliers et certains cochons, entre autres, nettoieraient effectivement leur nourriture avant de l’ingérer.

Aurions-nous une connaissance faussée du niveau d’hygiène des porcs ? Si nous savions déjà que les porcs sont des animaux très intelligents, tout à fait capables de s’adapter à des changements d’environnement, il semblerait également qu’ils sachent distinguer les aliments propres des aliments sales… et qu’ils ne puissent se contenter de ces derniers ! Plusieurs expériences d’observation des porcs et des sangliers ont en effet prouvé que ces animaux pourtant réputés pour leur hygiène douteuse, étaient tout à fait capables de pratiquer la gratification différée pour avoir de la nourriture propre à ingérer.

Cette étonnante découverte fait suite au constat de Tanja Dietrich, responsable de la communication au zoo de Bâle, qui a alerté les anthropologues de l’University College London après avoir constaté avec surprise que les sangliers du zoo, adultes comme plus jeunes, lavaient leur nourriture dans le ruisseau qui traversait leur enclos. Pour confirmer ses dires, les scientifiques ont entrepris une expérience, mettant ainsi à la disposition des sangliers des morceaux de pomme, certains étant propres et d’autres couverts de sable. Surprise : les sangliers dévoraient instantanément les morceaux propres, mais se saisissaient des morceaux sales, les portant dans de l’eau propre et peu profonde pendant environ 30 secondes, protocole qu’ils ne réalisaient pas avec des aliments propres.

Mais alors pourquoi ces animaux pourtant connus pour leur amour de la boue sont-ils si pointilleux avec leur nourriture ? Si les spécialistes n’ont pas pu établir de réponse précise à cette question, ils suggèrent cependant que les sangliers n’aimeraient pas le goût ou même la texture du sable présent sur leurs aliments. Parmi les autres hypothèses formulées, ce comportement pourrait préserver leur bouche, dont l’exposition prolongée à ces grains abrasifs pourrait endommager les dents.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de