— Roman Zaiets / Shutterstock.com

La start-up française Keranova a développé une technologie unique au monde pour traiter la cataracte. S’apparentant à un bistouri optique entièrement autonome, celle-ci s’appuie sur un système laser ultra-rapide.

Une procédure beaucoup plus rapide et fiable

Chaque année, 25 millions de patients (830 000 en France) se font opérer de la cataracte, ce qui en fait l’intervention chirurgicale la plus pratiquée au monde. En vertu du vieillissement de la population, cette opération, qui consiste à retirer et remplacer le cristallin du patient, devrait être amenée à se démocratiser encore davantage dans les décennies à venir. Mis au point par la start-up stéphanoise Keranova, fondée par Fabrice Romano, ce nouveau dispositif permettant une ablation du cristallin ultra-précise et rapide pourrait bien révolutionner la chirurgie ophtalmique.

Le bras robotisé se positionne très précisément sur l’œil et réalise l’opération en un temps record. « Aujourd’hui, un laser chirurgical réalise une incision ligne par ligne, par le déplacement d’un spot laser unique. Notre laser déplace une matrice de spots, générés par modification du front d’onde dont la forme et la topographie s’ajustent de manière programmée et dynamique », détaille Fabrice Romano. « Là où il faut 10 à 20 secondes pour réaliser un flap cornéen en chirurgie de la myopie, notre machine opère en une demi-seconde. C’est comme comparer un vélo à une voiture de course », ajoute-t-il.

L’appareil pourra être utilisé pour traiter la cataracte, la myopie et l’astigmatisme

À l’heure actuelle, la quasi-totalité des opérations de la cataracte utilisent la phacoémulsification, consistant à briser le cristallin à l’aide d’une pointe vibrante introduite manuellement dans l’œil du patient (une procédure pouvant durer entre 5 et 10 minutes). Mais grâce au Femtomatrix de Keranova et sa « photoémulsification », cette opération ne prendrait que quelques secondes et se révélerait par ailleurs beaucoup plus fiable. Grâce à ses capteurs et à l’utilisation de l’intelligence artificielle, le bras robotisé, qui réalise 80 % de la procédure sans aucune intervention humaine, produit en effet un résultat plus constant.

Une fois le processus de photoémulsification terminé, le chirurgien n’a alors plus qu’à aspirer les débris, avant d’introduire le nouveau cristallin artificiel dans le globe oculaire du patient. S’il a été développé à l’origine pour traiter la cataracte, Femtomatrix pourra également être utilisé dans le cadre de la chirurgie correctrice de la myopie ou de l’astigmatisme via une simple mise à jour logicielle selon ses concepteurs. Les premiers appareils, destinés aux cliniques et hôpitaux, devraient être commercialisés d’ici fin 2021.

« Dans quelques années, la chirurgie ophtalmique actuelle paraîtra complètement obsolète », conclut le PDG de Keranova.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de