Leur apparence vous répugne peut-être mais ces larves sont vos amies : elles vous aident à cicatriser plus vite

visu-larve-1Une larve en gros plan via Shutterstock

Siècle après siècle, les humains ont puisé dans la nature des moyens d’améliorer leur vie et leur santé. Il faut dire que notre environnement naturel a toujours regorgé d’éléments aux vertus exceptionnelles, tant pour la santé que pour le bien-être. L’asticothérapie par exemple, est une technique très ancienne utilisant les larves pour faciliter la guérison de plaies. Des scientifiques américains ont génétiquement modifié certaines larves afin d’accélérer la cicatrisation. SooCurious vous explique ce processus fascinant.

Il faut d’abord savoir que l’utilisation des larves et des asticots dans le processus de cicatrisation des plaies est très ancienne. Technique appelée l’asticothérapie (ou larvothérapie), elle est apparue dès l’Antiquité pour traiter les plaies. Au fil de l’Histoire, la vertu cicatrisante des larves a été employée par les civilisations, notamment en temps de guerre. Les médecins avaient remarqué que les soldats dont les blessures étaient colonisées par certains asticots guérissaient plus vite que les autres.

visu-larve-4Un peu plus tard lors de la Première Guerre mondiale, le chirurgien orthopédique William Baer identifie une espèce de larve de mouche comme étant capable de guérir des blessures. C’est donc cette méthode ancienne que des chercheurs de l’université d’Etat de Caroline du Nord ont réutilisée dans le but de l’améliorer.

Les scientifiques américains de Caroline du Nord se sont penchés sur les larves de mouche de l’espèce Lucilia sericata et leur étonnante aptitude à guérir les plaies et les blessures. Ils les ont génétiquement modifiées en laboratoire pour qu’elles arrivent à sécréter un facteur de croissance humain propre à la cicatrisation et au nettoyage des plaies humaines. De base, les larves de la Lucilia sericata (la mouche verte) se nourrissent des tissus morts et laissent les tissus sains. Les jeunes larves produisent un composé anti-microbien qui nettoie les plaies. Si cette technique a toujours fait ses preuves, elle n’était pas le moyen le plus rapide jusqu’à présent. C’est pour cela que les chercheurs ont modifié génétiquement les larves : afin que la cicatrisation soit plus rapide.

Les chercheurs ont trouvé depuis un certain temps qu’une certaine molécule de croissance nommée BB permet aux cellules de se multiplier plus vite. Cette molécule est également efficace pour la guérison des blessures. Jusqu’à présent, plusieurs insectes avaient été utilisés pour sécréter ce type de molécule, mais jamais les larves. Pour ce faire, les scientifiques de l’université de Caroline du Nord ont utilisé deux techniques différentes.

Un premier groupe de larves a été chauffé à 37 °C pour produire le facteur de croissance et un second a simplement subi un régime alimentaire affranchi de la présence de la tétracycline (antibiotique). Il s’avère que le second groupe est le seul à avoir réussi à sécréter correctement ce facteur de croissance. Pour le moment, les larves modifiées n’ont pas été employées sur des blessures. Toutefois, les chercheurs se veulent optimistes sur leur capacité à soigner efficacement et en peu de temps.

visu-larve-3Cette technique assez surprenante est un réel motif d’espoir pour la chirurgie et la médecine. Les malades atteints de diabète ayant souvent des ulcères sur les pieds et les jambes pourraient notamment en profiter. Bien que peu réjouissant à première vue, l’usage de ces petites larves pourrait bien les remettre sur pied plus rapidement. Il existe néanmoins d’autres techniques sans doute moins répugnantes, comme l’utilisation de nanoparticules pour réparer les plaies et les organes.


La France recycle environ 60% de sa production de papier, soit environ 190 kilos de papier recyclés par seconde

— @DailyGeekShow