Ces peuples autochtones ont appris à créer des lampes à partir de déchets plastiques

À l’heure où la pollution plastique continue de faire des ravages sur notre planète, des esprits imaginatifs agissent pour transformer ce problème en une solution bénéfique pour tous. C’est le cas du projet PET Lamp : en l’espace de 7 ans, il a permis de changer des bouteilles plastiques en sublimes lampes ! Une belle démarche qui fait connaître de petite communautés talentueuses, et qui prouve que nos ordures peuvent devenir des oeuvres d’art. 

L’Amazonie est l’une des régions les plus sauvages du monde, mais elle est aussi touchée par la pollution et l’accumulation de déchets plastiques. Cependant, les aborigènes ont décidé de lutter contre ces amas de plastique d’une manière créative en leur donnant une seconde vie. Ils récupèrent des bouteilles en plastique et tissent ensuite autour de ces lampes des structures de formes diverses afin de créer des abat-jours. Dans les mains de ces artistes talentueux, un simple déchet se change alors en une lampe unique.

Une publication partagée par PETLamp (@petlamp) le

Derrière cette idée simple se cache un designer espagnol : Alvaro Catalán de Ocón. Touché par la profusion de déchets plastiques présents au cœur de l’Amazonie, il imagine en 2011 le projet PET Lamp. Son but est simple : collecter des bouteilles en plastique PET (c’est-à-dire en Polytéréphtalate d’éthylène, un pétrole raffiné) et les transmettre à des communautés artisanales traditionnelles en vue de leur donner une nouvelle apparence et une nouvelle fonctionnalité. Depuis cette date, les lampes PET se multiplient et de nombreuses communautés à travers le monde ont utilisé leur savoir-faire pour créer des œuvres d’art recyclées.

Afin de montrer que le recyclage pouvait non seulement être créatif mais aussi servir à populariser différentes formes d’art, Alvaro Catalán de Ocón a fait appel à des tisserands venus de Colombie mais aussi du Chili, du Japon ou encore d’Ethiopie. Tous ont d’ailleurs carte blanche sur le motif, la forme ou encore les couleurs de leurs abat-jours.

Le designer n’a pas de plan pré-établi : il laisse véritablement le savoir-faire ancestral s’exprimer et cela donne vie à une collection de lampes variée où le jeu des lignes, des ajournements et des tailles est sans cesse renouvelé. Qu’il n’y ait qu’une seule lampe ou une accumulation, elles parviennent à créer une harmonie qui inspire à la fois le respect du travail accompli et l’émerveillement.

Une publication partagée par PETLamp (@petlamp) le

Une publication partagée par PETLamp (@petlamp) le

Une publication partagée par PETLamp (@petlamp) le

Une publication partagée par PETLamp (@petlamp) le

Une publication partagée par PETLamp (@petlamp) le

Une publication partagée par PETLamp (@petlamp) le

Une publication partagée par PETLamp (@petlamp) le

Une publication partagée par PETLamp (@petlamp) le

Une publication partagée par PETLamp (@petlamp) le

Une publication partagée par PETLamp (@petlamp) le

Une publication partagée par PETLamp (@petlamp) le

À la fois colorées, naturelles et résultant d’une démarche écologique, les lampes imaginées via PET Lamp sont de véritables œuvres d’art qui nous transportent tout en essayant de réduire notre impact sur l’environnement. Actuellement, ce sont les indigènes Yolngu du Nord de l’Australie qui donnent une nouvelle vie aux bouteilles via des œuvres monumentales faites en fibres de pandanus teintes naturellement.

Le magnifique travail des tisserands australiens est actuellement exposé à la National Gallery of Victoria Triennial, et si vous souhaitez en apprendre plus sur le projet ou sur les lampes réalisées, rendez-vous sur le site de PETLamp et sur leur compte Instagram. 


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux