Cette marque ne veut plus forcer les enfants à choisir des vêtements « propres à leur genre »

C’est une décision assez inédite que vient de prendre une marque de prêt-à-porter. En effet, la marque John Lewis, qui propose des vêtements, des accessoires et des fournitures de toutes sortes, a décidé de retirer les étiquettes signifiant le genre sur ses vêtements de la collection « Bébé et enfants », ainsi que sur les produits de marketing qui tournent autour de cette collection. Récit d’une annonce unique… En son genre.

 

METTRE FIN AUX PRÉJUGÉS

Pour expliquer ce choix de la marque anglaise, c’est Caroline Bettis, en charge de la collection « Bébé/enfants » qui l’explique à la revue Nylon : « Nous ne voulons pas renforcer les stéréotypes de genre dans nos collections John Lewis, nous souhaitons élargir notre panel de choix afin que les parents et leurs enfants puissent réellement choisir ce qu’ils aimeraient porter. » Nombreux sont ceux qui soulignent cette décision via les réseaux sociaux.

Et la marque ne souhaite pas s’arrêter en si bon chemin. Ainsi, elle aurait pour projet de proposer des robes avec des motifs de vaisseaux spatiaux ou encore avec des dinosaures. Désormais, toutes les étiquettes de la collection comporteront la mention « Filles ET garçons » afin d’éviter de renforcer les stéréotypes de genre.

 

LES ASSOCIATIONS SALUENT CETTE DÉCISION

Et c’est l’association anglaise « Let Clothes be Clothes » (comprenez « Laissez les vêtements être des vêtements ») qui s’est fendue d’une publication sur le réseau social Facebook juste après la prise de cette décision par John Lewis :

L’association évoque également dans cette publication le cas de la marque Clarks qui a fait polémique il y a moins d’un mois, lorsqu’elle avait été accusée de sexisme ordinaire avec un modèle de chaussures pour filles intitulé « Baby Doll » quand le produit similaire, pour les garçons, portait la mention « Leader ». La marque avait dû réagir en urgence pour contrer ces allégations.

Il est à espérer que cette marque élève quelque peu les consciences de chacun et de toutes les autres marques de prêt-à-porter. En tout cas, il faut saluer cette initiative qui prend en compte les évolutions rapides de nos sociétés, et c’est tout à leur honneur.

La boutique John Lewis sur Oxford Street, à Londres

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux