© stAn / Wikipédia Zabrze, la ville de naissance de Kroll

Certes, Joachim Kroll, dit le « cannibale de la Ruhr » est moins connu que Ted Bundy ou encore Edmund Kemper. Pourtant, ce tueur en série a fait de nombreuses victimes, et il aura réussi à échapper à la prison pendant près de 20 ans. Sa seule erreur aura été de boucher ses toilettes avec des entrailles humaines. Retour sur l’histoire de Joachim Kroll.

Une enfance pauvre

Joachim Kroll nait en 1933 en Allemagne de l’Est, il grandit dans une famille de neuf enfants, en pleine montée du nazisme. De plus, le père de Joachim décède pendant la guerre, laissant ainsi sa femme et ses neuf enfants livrés à eux-mêmes. C’est une période particulièrement difficile pour la famille Kroll, et particulièrement pour le jeune Joachim. La pauvreté les touche de plein fouet, et Joachim est souvent moqué. En effet, il souffre très tôt d’énurésie nocturne (il urine dans son sommeil), il est faible, fragile et n’est pas allé très longtemps à l’école. Il n’y est resté que cinq ans. En somme, l’enfance de Joachim n’est pas toute rose. Et rapidement, il se met à tuer de petits animaux. Une des trois caractéristiques de la triade Macdonald, avec l’énurésie, que l’on retrouve aussi chez le jeune Joachim, et la pyromanie.

© TUBS / Wikipédia La région de la Ruhr  en Allemagne de l’ouest. Kroll a tué la plupart de ses victimes autour de cette région

Deux décennies de crimes

En grandissant, les activités de Joachim Kroll deviennent de plus en plus épouvantables. Son obsession pour la mort croissant. Au milieu des années 50, Kroll commence à agresser et tuer des jeunes femmes. Sa première victime sera violée, puis éviscérée. Cette envie meurtrière est certainement due au décès de sa mère, et au fait qu’il perd contact avec ses frères et sœurs.

Seulement quatre ans plus tard, Joachim Kroll recommence à tuer. D’après ses propres dires, il n’aurait pas commis de meurtre en 1955 et 1959. Cependant, les autorités le soupçonnaient d’autres meurtres. Il avouera avoir tué Klara Freida. Ce fut à ce moment que les envies cannibales de Kroll firent surface. Effectivement, il prit l’habitude de prendre des morceaux de chair sur ses victimes pour les manger, parce que la « viande était trop chère ».

Ainsi, de 1955 à 1976, Joachim Kroll, surnommé le « cannibale de la Ruhr », aurait tué, selon ses aveux, 14 personnes. Pourtant, Joachim est insaisissable, la police n’arrive pas à mettre la main sur lui. Joachim Kroll ne sera jamais inquiété par la police, cinq hommes sont même accusés de ses meurtres, dont Heinrich Ott, l’ami de Klara Freida, qui se pendra dans sa cellule.

L’arrestation du cannibale de la Ruhr

Ce qui était le plus déconcertant dans les meurtres de Joachim Kroll, c’est qu’il n’y avait pas réellement de lien. En effet, Kroll n’a jamais respecté de tranche d’âge, il pouvait tuer des jeunes femmes d’une vingtaine d’années, comme des petites filles. Il a d’ailleurs assassiné une dame de 61 ans et un homme. De plus, il ne prélevait pas automatiquement de la chair sur ses victimes. De ce fait, Joachim Kroll appartient aux tueurs en série dits non organisés.

Le seul rituel que Joachim Kroll avait, est qu’après avoir commis un meurtre sur une femme, il faisait l’amour à une poupée en caoutchouc. Il lui arrivait aussi de faire comme si il étouffait une poupée de chiffon, au même moment.

Pourtant, en 1976, Kroll va commettre une erreur qui lui sera fatale. Le 3 juillet 1976, Joachim Kroll enlève une petite fille de quatre ans, Marion Kettner, près de chez lui. Joachim Kroll était connu dans le quartier, tout le monde le surnommait « Oncle Joachim », et il laissait même les enfants du quartier venir chez lui pour jouer avec sa collection de poupées. Mais le jour de la disparition de Marion Kettner, l’étau va se resserrer autour de Joachim Kroll.

Tous les occupants de l’immeuble de Kroll partagent les même toilettes, alors qu’un voisin s’y dirige, Kroll lui indique de ne pas y aller, car elles sont bouchées. Lorsque son voisin lui demande comment, Kroll répond naturellement : « Oh ! Elles sont bouchées par des entrailles. » En réalité, Joachim Kroll avait jeté les entrailles de Marion Kettner dans les toilettes de son immeuble, son voisin alerte les policiers, et Joachim est enfin arrêté.

Le procès de Joachim Kroll

Rapidement, Joachim Kroll collabore avec la police, il pensait qu’il allait recevoir un traitement pour le guérir de ses pulsions. Seulement, après plusieurs années d’emprisonnement, Kroll sera inculpé pour huit meurtres et une tentative de meurtre. Son procès aura duré 151 jours, dont l’issue, en 1982, sera l’incarcération à vie de Joachim Kroll. Le cannibale de la Ruhr décéda en 1991 d’une crise cardiaque en prison.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de