Mais à quoi les jeunes pouvaient donc bien occuper leur temps libre en 1966 ? Sans téléphone portable, sans Internet et sans console de jeux, ne s’ennuyait-on pas ? Pour répondre à cette question, l’INA (Institut national de l’audiovisuel) ressort des images de ses archives. Des  jeunes de Poitiers sont interrogés sur leurs loisirs et leur « violon d’Ingres », c’est-à-dire leur passion.

Ils s’appellent Yves, Sylvie, Michel ou Jean-Jacques, ils ont entre 14 et 25 ans et sont pour la plupart étudiants. Leurs passe-temps se résument majoritairement au cinéma, à la lecture et à traîner dans les cafés. D’autres ont des occupations plus originales. Ils passent le temps comme ils peuvent, dans une ville où il n’y a apparemment rien à faire quand on est jeune, si ce n’est quelques “maisons de jeunes”, c’est-à-dire des structures associatives ayant pour objectifs la responsabilisation et l’autonomie du citoyen. 

Si on peut avoir l’impression, au premier abord, d’être plongé dans un univers parallèle, il se révèle au final que les jeunes ne sont pas si différents d’une époque à l’autre. Ils essayent de s’occuper, tant bien que mal, avec ce que la société a à leur proposer. Alors venez découvrir leur “violon d’Ingres” !

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de