— Dmitry Pistrov / Shutterstock.com

Le 19 mai dernier, plusieurs dizaines de jeunes étudiantes sont allées dans des écoles du centre d’Israël en portant un short. Un geste contestataire, sachant que ces établissements scolaires interdisent encore aux jeunes filles de se rendre les jambes découvertes en cours. Israël vient pourtant de vivre une semaine avec des températures caniculaires.

De jeunes filles en pleine contestation en Israël

Le 18 mai dernier, alors qu’elles faisaient leur rentrée scolaire après plusieurs semaine sans cours en raison des mesures de confinement imposées en vue d’endiguer la pandémie de coronavirus, des jeunes filles se sont vu refuser l’entrée dans un établissement scolaire d’une école de Ra’anana. Pour quelle raison ? Elles portaient un short. 

Ce même jour, une enfant de sept ans a vécu le même rejet dans une école de Petah Tikva, alors qu’elle s’y était rendue en robe et avec les bras entièrement nus. Son enseignant l’a alors forcée à retirer son vêtement, l’obligeant ainsi à n’avoir qu’un t-shirt et aucun vêtement en bas. Elle a donc été forcée de rester en sous-vêtement durant des heures sous les railleries de ses camarades. Le ministre israélien de l’Éducation s’est alors indigné et a ordonné l’ouverture d’une enquête.

Face à ces deux situations et en signe de contestation, plusieurs dizaines de filles d’écoles situées à Kfar Saba, Modiin ou encore Gedera, à proximité de Tel-Aviv, ont décidé de s’y rendre en short. Sur des clichés partagés sur le site d’information Ynet, nous les voyons de dos, rangées en ligne devant une des écoles, ou bien à genoux, les bras levés et les poings liés. Un geste fort permettant de revendiquer le droit de s’habiller comme bon leur semble. Après ces manifestations, 150 élèves de Gedara sont parvenues à rentrer dans leur établissement, et ce, habillées comme elles le souhaitaient.

« Un grand groupe de filles de la division parallèle de Ra’anana, où les élèves ont été renvoyées hier pour changer de vêtements, se sont organisées ce matin et sont arrivées en short.
Combinée au bruit du public, la direction a réalisé qu’elle ne pouvait pas toutes les envoyer à la maison et les a relâchées dans les salles de classe pour continuer à étudier.
C’est ainsi que se relève une jeune génération de femmes qui ne les lâchera pas et leur corps.
J’étais excité. »

Comme l’a également partagé dans un tweet, Liran Kojhinoff, journaliste, les filles ont ensuite continué à être interdites d’entrer dans leur école, alors que les garçons, portant pourtant des shorts, avaient le droit d’y accéder.

« Maintenant, c’est une manifestation pré-organisée.
Les élèves de Urban H à Modiin ne sont pas allées à l’école après être venues en short. Les garçons sont entrés « Pourquoi est-il entré, nous avons le même short ? ». »

Un débat qui n’est pas nouveau

Chaque année, nous parlons avec la direction de l’école, qui ne fait que nous rire au nez. Beaucoup d’enseignants ne comprennent même pas ce que nous faisons”, a rapporté à Ynet une collégienne de Modiin. Ce débat n’est donc pas nouveau en Israël.

Le port du short ou autres habits qui laissent apparaître les jambes ou les bras des jeunes filles est un sujet qui demeure néanmoins contrôlé par des hommes, notamment ceux qui dirigent les écoles, comme l’a rapporté Times of Israel. Leur principal argument est que la vue de jeunes filles aux jambes dénudées risque de perturber aussi bien les enseignants que les camarades masculins.

À la suite de ces manifestations, le gouvernement israélien n’a pas réagi. Les élèves ont tout de même reçu le soutien de Merav Michaeli, députée travailliste, défendant principalement l’égalité femmes-hommes. “J’applaudis ces courageuses jeunes filles […] qui ont défendu leur droit basique de venir à l’école comme elles le souhaitent”, a-t-elle notamment rapporté dans un tweet.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Chlamic Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Chlamic
Invité
Chlamic

Quand on pense que ça a été le pays des kibboutzim, où ma mère s’est habillée d’un short jusqu’à 75 ans! Israël est vraiment devenu un pays de vieux puritains. Même régression qu’en Iran, peut-être même pire.