Une démarche historique : l’Irlande ne veut plus investir dans les énergies fossiles

Malgré l’important taux de pollution qu’elles produisent, les énergies fossiles restent très utilisées dans nos sociétés notamment pour alimenter les usines. L’Irlande a décidé de changer la donne et d’appliquer une mesure forte. Le Parlement vient de voter une proposition de loi visant à interdire d’investir dans les énergies fossiles, une première mondiale. 

Pétrole et charbon sont des noms aujourd’hui redoutés par tous les défenseurs de l’environnement. Ces deux énergies fossiles comptent en effet parmi les plus productrices de gaz à effet de serre mais ironiquement parmi les plus utilisées sur Terre. Pour prévenir des dommages plus importants à notre Terre mais aussi pour changer sa manière de consommer de l’énergie, le Parlement Irlandais a pris une décision surprenante : interdire l’utilisation de telles énergies dans le pays.

irlande-interdiction-charbon

Plus précisément, le pays souhaiterait devenir le premier à cesser d’investir en faveur des énergies non renouvelables. Pour cela, une proposition de loi a été soumise au Parlement visant à exclure de l’enveloppe d’investissement du pays le charbon et le pétrole. Un projet de loi qui a récolté 90 voix pour et 53 contre. Représentant déjà un grand pas en avant dans la lutte contre ces énergies, le projet de loi, elle devrait être adoptée au cours de l’année après examen par la commission financière.

Cette volonté de s’engager contre les énergies fossiles est devenue le cheval de bataille de Thomas Pringle, député indépendant et instigateur de cette proposition de loi. « Le principe d’un financement éthique est un symbole adressé aux entreprises internationales, pour leur dire que leur manipulation permanente de la science environnementale et leur refus du changement climatique ainsi que leur lobbying controversé auprès des politiciens du monde entier ne sont plus tolérés. »

irlande-interdiction-usine

Si celle-ci a pour vocation de faire disparaître ces énergies extrêmement polluantes du pays, l’enjeu d’une telle proposition a, selon Thomas Pringle, une portée bien plus grande. «  Nous ne pouvons accepter un tel comportement alors que des millions de personnes dans le besoin, au sein de pays sous-développés, subissent l’impact du changement climatique en étant confrontés à la famine, à l’émigration de masse et à des troubles civils. ». L’Irlande fait donc office de précurseur dans cette lutte et ouvre la voie à d’autres qui pourraient également abandonner les énergies fossiles dans les mois et années à venir.


Dans le monde, plus de 30 000 000 de filles en âge d’aller à l’école primaire ne sont pas scolarisées.

— @UNICEF_france