4 inventions majeures qui n’étaient pas si terribles au départ

Si la société utilise quotidiennement les objets les plus pratiques ou agréables qu’elle a pu inventer, certains d’entre eux ont connu des débuts bien moins reluisants. En voici 4.

 

© Wikimédia / Ccyyrree

La capsule de bière

Si les bouteilles de bière ont contribué à propager la consommation de cette boisson alcoolisée au XIXe siècle – il y avait près de 2200 petites brasseries aux Etats-Unis en 1890 -, ce type de contenant devait à l’époque être fermé par un bouchon, comme les bouteilles de vin. Un mode de conditionnement très peu pratique puisque cela compliquait l’ouverture des bouteilles, forçait les amateurs de bière à la consommer rapidement et rendait le breuvage facilement renversable.

Plus tard, ces bouchons furent remplacés par des systèmes plus faciles à utiliser : des bouchons de caoutchouc fixés avec une attache métallique, mais qui restaient encore peu évident à manier. Sans parler du coût de fabrication et d’assemblage de ces deux types de fermeture, qui était alors conséquent.

La grande avancée technique vint en 1893 d’un inventeur nommé William Painter. Il développa un dispositif d’étanchéité de bouteille et une machine permettant la fabrication des capsules qu’on connait désormais. L’année suivante, il inventa le complément de sa première trouvaille : l’ouvre-bouteille.

Par la suite, l’invention prit tout de même du temps à rencontrer le large succès qu’elle connait désormais et sa réussite fut ralentie par la Panique de 1893 – un krach financier qui entraîna les Etats-Unis dans la crise – et il fallut une décennie supplémentaire avant que 25 % des embouteilleurs américains n’utilisent les capsules, faisant, par la même occasion, la fortune de Painter.


Celui qui connaît l’art de vivre avec soi-même ignore l’ennui

— Erasme