— Denys Prykhodov / Shutterstock.com

Les réseaux sociaux comme Facebook et Instagram multiplient les efforts pour lutter contre la désinformation et le harcèlement. Justement, le dernier effort en date de ces plateformes devrait grandement limiter ces actions et conscientiser les utilisateurs sur leurs actions et leurs choix.

Le lundi 16 décembre 2019, Facebook, le réseau social le plus utilisé dans le monde, a déclaré :

A partir d’aujourd’hui, nous déployons une fonctionnalité qui prévient les utilisateurs quand leur légende pourrait être considérée comme blessante. Cela leur donne une chance de réfléchir avant de poster.

Instagram a également déjà appliqué cette mesure en ce qui concerne les commentaires écrits sous les contenus. Ainsi, comme le rapporte 20 Minutes, si un commentateur écrit « tu es stupide », cette action va générer une nouvelle fenêtre qui indiquera à l’utilisateur que « cette légende ressemble à d’autres légendes qui ont été signalées ». Par conséquent, la personne aura le choix de soit reformuler son commentaire, soit cliquer sur « en savoir plus », soit ignorer.

Le harcèlement et les fake news sont devenus des problèmes récurrents sur les plateformes sociales. Si bien que le géant des réseaux sociaux a décidé de mettre en place un programme de « fact-checking » ou vérification des faits ou informations douteuses sur son réseau social principal en partenariat avec des tiers et particulièrement des organes de presse.

Depuis mai 2019, les partenaires américains de Facebook travaillent également à l’élargissement de ce programme sur Instagram. Autrement dit, les informations estimées douteuses sont détectées par des modérateurs de contenus, des signalements d’utilisateurs ou encore des technologies d’intelligence artificielle. Ces informations sont par la suite examinées par des journalistes partenaires de Facebook pour vérifier leur véracité. Si jamais une information est estimée fausse ou en partie fausse, la plateforme explique qu’elle en réduit la visibilité et elle y ajoute « une étiquette pour que les gens décident eux-mêmes ce qu’ils veulent lire ou partager ». Les faux contenus identiques publiés sur Facebook et Instagram seront ainsi automatiquement étiquetés.

Mais si cet effort de Facebook et Instagram laisse à penser que les réseaux sociaux ont le contrôle sur les contenus publiés sur leur plateforme, il reste un domaine où cette mesure ne sera pas effective : les publications faites par les personnalités politiques. Or, c’est l’un des sujets les plus sensibles auxquels les réseaux sociaux sont confrontés.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de