Les scientifiques s’alarment d’une armée d’insectes génétiquement modifiés par le Pentagone

Un nouveau programme du Pentagone vise à fabriquer des insectes génétiquement modifiés qui propageraient certains virus ciblés au sein des cultures afin de « renforcer la sécurité alimentaire », mais nombre de scientifiques estiment que le programme « Insect Allies » pourrait représenter une nouvelle arme biologique incontrôlable.

 

Alliés ou ennemis ?

Des insectes génétiquement modifiés peuvent-ils sauver les fermes américaines ou s’agit-il d’une arme biologique incontrôlable en cours de fabrication ? Voici la question que se posent de nombreux scientifiques après que le Pentagone ait annoncé son nouveau projet baptisé « Insect Allies ». Financé par la DARPA, agence américaine chargée de la recherche et du développement des nouvelles technologies destinées à un usage militaire, ce programme consistera à modifier génétiquement des insectes afin qu’ils propagent des virus modifiés, destinés à rendre les cultures du pays plus résistantes.

Comme le précise le site web de la DARPA : « Ces thérapies ciblées, pouvant être mises en place en l’espace de quelques mois, protégeraient potentiellement le système agricole américain contre des menaces de nature diverse : maladies, inondations, voire dispositifs introduits par des acteurs étatiques ou non étatiques ». Le programme en question est actuellement en phase développement au sein de différentes universités américaines.

 

Une annonce ambigüe qui crée la controverse

Plusieurs membres de la communauté scientifique s’inquiètent cependant de la possible utilisation de ces insectes génétiquement modifiés comme arme biologique redoutable… et incontrôlable. Comme l’a expliqué Silja Voeneky, professeur de droit à l’Université de Fribourg et co-auteure d’une tribune publiée dans la revue Science : « Les justifications du Pentagone ne sont pas assez claires. Pourquoi utiliser des insectes et non des systèmes de pulvérisation ? Utiliser des insectes comme vecteur de propagation de maladies s’apparente à une arme biologique ».

Selon les coordinateurs du programme « Insect Allies », ces craintes infondées sont courantes lorsqu’une technologie nouvelle et révolutionnaire, pouvant être employée à des fins offensives ou défensives est mise au point. Comme l’a expliqué Blake Bextine au Washington Post : « Nous nous contentons de fournir aux cultures les armes dont elles ont besoin pour affronter différentes menaces. Nous souhaitons renforcer la sécurité alimentaire, car elle représente à nos yeux la sécurité nationale ».

Le programme « Insect Allies » a récemment franchi une étape importante avec la transmission d’un virus modifié provoquant la fluorescence des épis de maïs par des pucerons.

© Pixabay

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux