Les estimations étaient fausses : manger de la viande est bien pire que prévu pour la planète

Le réchauffement climatique est une menace constante. Cette épée de Damoclès persiste au-dessus de nos têtes, et une récente étude démontre une fois de plus que nous en sommes les responsables : les élevages des pays en développement relâchent bien trop de méthane…

 

Le méthane, un gaz à effet de serre très puissant

C’est dans une étude publiée vendredi 29 septembre dans la revue en ligne Carbon Balance and Management que les chercheurs se sont rendus compte de ce constat alarmant : en 2011, les émissions de méthane étaient 11 % supérieures à ce que prévoyaient en 2006 le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC). L’industrie de la viande est l’une des plus polluantes au monde.

Ce qu’il faut savoir, c’est que le méthane est un puissant gaz à effet de serre. Il est 25 fois plus dangereux que le dioxyde de carbone et il est naturel. Il provient avant tout de la fermentation de matières organiques animales ou végétales en l’absence d’oxygène, mais aussi des animaux : en ayant des gaz intestinaux, de nombreux herbivores relâchent du méthane dans l’atmosphère.

Un élevage produisant du méthane.

Des élevages plus gros qui polluent l’atmosphère

L’étude précise que les émissions de méthane (dont le nom chimique est CH4) sont dues aux phénomènes de fermentation durant le processus de digestion du bétail, mais aussi au traitement des déjections et aux modes de stockage de la nourriture produite. Julie Wolf, chercheuse au ministère américain de l’Agriculture et auteure de l’étude, affirme : « Dans de nombreuses régions du monde, la quantité de bétail évolue, et l’élevage produit des bêtes plus grosses, ingérant un plus gros volume de nourriture ».

« LES ÉMISSIONS DE MÉTHANE ISSUES DU BÉTAIL ONT CRÛ LE PLUS FORTEMENT […] EN ASIE, EN AMÉRIQUE LATINE ET EN AFRIQUE »

Ghassem Asrar, co-auteur de l’étude, affirme quant à lui que « Les émissions de méthane issues du bétail ont crû le plus fortement dans les régions qui se développent rapidement, en Asie, en Amérique latine, en Afrique […] En revanche, ces émissions ont augmenté moins fortement aux Etats-Unis, au Canada, et elles ont légèrement baissé en Europe occidentale ». Le méthane représentait 16 % des émissions de gaz à effet de serre en 2015, inquiétant lorsque l’on sait qu’elles ne cessent d’augmenter depuis ces dix dernières années. La grande majorité d’entre elles viennent de la combustion d’énergies fossiles… largement pratiquée par les Occidentaux.

Cela dit, le coût énergétique lié à la nourriture composée de viande et de produits laitiers s’accroît de jour en jour.

En limitant notre consommation de produits laitiers et de viande, on peut limiter les élevages et le réchauffement climatique.

Chaque seconde, la Lune parcourt 1 kilomètre autour de la Terre sur son orbite, à une vitesse de 3680 km/h.

— @DailyGeekShow