En Inde, le taux d’hystérectomie, une opération chirurgicale qui consiste à enlever une partie ou la totalité de l’utérus, est malheureusement très élevé. Les femmes se laissent facilement convaincre de la nécessité de cette opération qui n’est pourtant absolument pas nécessaire. Elles ne sont pas informées des risques que cette opération a sur leur santé, elles ne bénéficient pas de jour de repos par la suite, pas de couverture sociale et cette opération très coûteuse reste entièrement à leur charge. Ces femmes mutilées sont obligées de retourner travailler dans les champs de canne à sucre pour rembourser leur dette. Elles se retrouvent totalement à la merci de leur patron.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de