Ce n’est pas rassurant : 1 040 incidents recensés dans les centrales nucléaires françaises en 2017

Malgré les forts risques pour l’environnement qui sont liés au nucléaire, celui-ci est toujours autant utilisé partout dans le monde comme source d’énergie. Depuis les événements tragiques survenus à Fukushima et à Tchernobyl, les centrales nucléaires sont au centre de toutes les attentions et sont la cible de mesures de sécurités drastiques. En France, en 2017, plus de 1 000 incidents liés au fonctionnement des centrales nucléaires ont été recensés par l’ASN.

DES INCIDENTS NOMBREUX MAIS MINEURS

En France, il a été répertorié par l’ASN (l’Agence de Sûreté Nucléaire) pas moins de 1 040 incidents liés à la gestion des centrales nucléaires en 2017. Toutefois, sur l’échelle de classement des événements nucléaires qui va de 0 à 7, le plus grave qui est survenu en France a atteint le niveau 4, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un “accident ayant des conséquences locales avec un rejet mineur de matières radioactives”. Cela a eu lieu dans une centrale du Loir-et-Cher en 1980. Trois incidents de niveau 3 et neuf incidents de niveau 2 ont également été répertoriés jusqu’en 2017. Ils montrent certaines failles dans les mesures de sécurité mais sans gravité immédiate.

Pour revenir à 2017, il a été répertorié pas moins de 4 incidents de niveau 2, 87 incidents de niveau 1 ainsi que 949 incidents de niveau 0, niveau qui n’a “aucune importance du point de vue de la sécurité”, ce qui donne un nombre total de 1 040 incidents nucléaires, ce qui paraît être assez conséquent pour les 19 centrales nucléaires qui se trouvent en France.

 

L’IMPORTANCE DE LA SURVEILLANCE DU NUCLÉAIRE

Après les incidents de niveau 7 survenus à Tchernobyl et à Fukushima qui ont eu de graves conséquences à l’échelle locale mais aussi mondiale sur la santé de l’environnement et des habitants, il semble plus que nécéssaire de s’assurer du bon fonctionnement et de la fiabilité des systèmes de sécurité des centrales nucléaires, d’autant plus que, comme l’a démontré Fukushima, une sécurité parfaite n’existe pas, il y a toujours une faille quelque part.

À ce titre, les centrales françaises interpellent et inquiètent. La commission d’enquête sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires a récemment effectué une enquête. Elle montre une sûreté fragile dans certaines centrales françaises. Ce constat est alarmant à un époque où des attaques peuvent survenir de nulle part. Greenpeace est d’ailleurs parvenue à survoler une centrale à l’aide d’un drone sans que cela alerte la sécurité. De plus le gouvernement français reste très secret concernant ses mesures pour le nucléaire ce qui n’aide pas à instaurer un climat de sécurité à propos du nucléaire.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux