© OHB/DLR/ESA.

Avec les avancées technologiques majeures réalisées au cours des dernières années, notre réalité commence à ressembler de plus en plus à la science-fiction. Récemment, les astronautes ont même testé une imprimante 3D portable qui fabrique des pansements. Si cela pouvait n’avoir rien de très impressionnant, il faut savoir que la matière première utilisée était des cellules cutanées humaines.

Un gadget pour faciliter les soins à bord de l’ISS

Lorsqu’il s’agit d’aller dans l’espace, il faut trouver divers moyens pour voyager le plus léger possible, sans pour autant négliger la sécurité et le bien-être des astronautes. C’est pour cette raison que les ingénieurs et autres inventeurs en tout genre ne cessent de se montrer créatifs et innovants dans leurs créations destinées à la conquête spatiale. La dernière création étonnante dans ce domaine est une imprimante 3D un peu spéciale. En plus d’être un appareil portatif ressemblant à un pistolet, cette imprimante 3D permet de fabriquer des pansements à partir des cellules cutanées.

Nommé Bioprint FirstAid Handheld Bioprinter, l’appareil est une création de l’Agence spatiale allemande. L’organisation a notamment annoncé que ce nouveau gadget a déjà été envoyé à bord de la Station spatiale internationale au mois de décembre dernier, dans le cadre de la 24e mission de ravitaillement en fret de SpaceX. Si la sécurité et les soins apportés aux astronautes sont déjà parfaitement au point à bord de l’ISS, tout moyen pouvant apporter des améliorations à leurs conditions de vie reste le bienvenu. « Lors des missions d’exploration spatiale humaine, les lésions cutanées doivent être traitées rapidement et efficacement », a ainsi déclaré Michael Becker, chef de projet de l’Agence spatiale allemande au DLR.

« La bio-impression mobile pourrait considérablement accélérer le processus de guérison. Le traitement personnalisé et individuel des plaies basé sur la bio-impression pourrait avoir un grand avantage et constitue une étape importante pour une médecine plus personnalisée dans l’espace et sur Terre », a-t-il ajouté. En effet, même si le gadget est pour l’instant en phase de test, les résultats sont déjà très prometteurs et l’appareil s’avère être pratique et utile. D’ailleurs, ce gadget est si intéressant que son usage ne devrait pas être limité à l’espace, mais également sur Terre.

Un prototype encore en phase de test, mais avec des aboutissements très prometteurs

Quant à savoir comment cette bio-imprimante 3D pour pansements fonctionne, elle est conçue pour recouvrir une zone de plaie sur la peau en appliquant une bio-encre chargée de cellules cutanées d’un individu. Le pansement fait de cellules humaines agit par la suite comme un patch qui aide à accélérer le processus de guérison. Dans l’ensemble, l’appareil est composé d’un dispositif de dosage, d’une tête d’impression, de roues de support et d’une cartouche d’encre où la bio-encre sera stockée. Pour l’instant, la cartouche contient une encre de substitution sans cellules et un réticulant ; mais cela sera modifié à l’avenir.

Plus précisément, l’encre utilise actuellement des microparticules fluorescentes. Lorsqu’elles sont combinées avec deux gels à durcissement rapide, ces microparticules créent un pansement semblable à du plâtre. Par ailleurs, ce produit n’est pas encore utilisé directement sur la peau. Étant donné que ce n’est encore qu’un prototype, le pansement sera en fait appliqué sur des parties du corps préalablement couvertes d’aluminium. Cette mesure est nécessaire afin de prévenir tout effet secondaire indésirable du patch.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments