En 2018, le Chili, qui détient la souveraineté sur l’Île de Pâques, a mis fin au tourisme de masse. Ainsi, la durée d’un séjour est limitée à 30 jours et des quotas de visiteurs vont être établis. Seuls les Rapa Nui, peuple autochtone de l’île, sont autorisés à y vivre. Le tourisme de masse pose de graves problèmes écologiques, notamment le plastique qui s’insère dans la terre. Les Rapa Nui mettent donc en place des mesures pour lutter contre les dérives d’un tourisme démesuré.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de