Une équipe de chercheurs de l’université Flinders (Australie) a dévoilé le premier médicament destiné aux humains entièrement conçu grâce à l’intelligence artificielle. Il s’agit d’un vaccin contre la grippe mis au point par le logiciel SAM (Search Algorithm for Ligands).

Une grande première mondiale

L’acronyme SAM fait référence à la tâche pour laquelle le logiciel a été conçu : déterminer quels composés chimiques sont les plus efficaces pour la fabrication d’un médicament destiné aux humains. Selon Nikolai Petrovsky, professeur à l’université de Flinders ayant participé à son développement, la base de données de cette IA comprenait l’ensemble des composés déclenchant une réponse immunitaire chez l’humain, ainsi que d’autres ne disposant pas de telles propriétés. Le programme s’est ensuite chargé de les classer en deux catégories, et a ensuite sélectionné ceux qui étaient les plus adaptés à l’usage ciblé par les chercheurs.

Les « candidats » triés sur le volet par le Search Algorithm for Ligands ont ensuite été testés sur des cellules sanguines humaines par l’équipe de recherche afin de s’assurer de leur efficacité. Et il se trouve que les molécules que le logiciel avait méthodiquement sélectionnées se révélaient non seulement parfaitement adaptées au système immunitaire humain, mais également plus efficaces que celles entrant dans la composition des vaccins contre la grippe actuellement sur le marché. Ce qui a été confirmé par des tests réalisés ultérieurement sur des animaux.

HQuality / Shutterstock.com

Ce procédé pourrait révolutionner le domaine de la recherche

La mise au point de ce vaccin intervient alors que l’Australie connait une forte recrudescence du nombre de cas liés à la grippe. Depuis le début de l’année 2019, quelque 96 000 nouveaux cas ont en effet été enregistrés sur l’ensemble du territoire, dont près de 10 000 en Australie-Occidentale. Nikolai Petrovsky et son équipe espèrent que cette formule conçue entièrement grâce à l’intelligence artificielle remplacera à terme le vaccin standard contre la grippe saisonnière. L’université Flinders s’était déjà illustrée en 2009 en développant le premier vaccin contre la grippe porcine.

En Australie, la plupart des fonds alloués par le gouvernement sont destinés aux grands instituts de recherche du pays, ce qui a obligé les chercheurs de l’université Flinders à se tourner vers les États-Unis et les National Institutes of Health (NIH) afin d’assurer le financement de leur programme (50 millions de dollars). Recourir à l’IA pour mettre au point des médicaments plus efficaces permettrait non seulement d’économiser des millions d’euros, qui pourraient être investis dans d’autres secteurs de la recherche, mais permettrait également aux scientifiques de se concentrer sur d’autres tâches.

Gorodenkoff / Shutterstock.com

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
ALIX Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
ALIX
Invité
ALIX

Que de bêtises et d’abus du terme IA (encore une mode des médias). Cela fait plus de 20 ans que les chercheurs utilisent la modélisation bio-moléculaire pour la prédiction de vaccins. J’ai moi-même développé et publié dans la revue américaine internationale VACCINE (Cf Réf) le logiciel PEOPLE= Predictive Estimation Of… Lire la suite »