— Raimundo79 / Shutterstock.com

Des chercheurs américains ont développé et entraîné une intelligence artificielle afin qu’elle colorise les images captées par des dispositifs infrarouges, leur offrant ainsi un rendu plus naturel.

Améliorer le rendu des dispositifs de vision nocturne

Permettant de distinguer des éléments et des mouvements dans l’obscurité, les caméras et lunettes de vision nocturne convertissent la lumière infrarouge (que l’œil humain ne peut naturellement percevoir) en lumière visible. Si cette technologie s’avère aujourd’hui cruciale pour les forces militaires, elle a également prouvé son utilité pour les efforts scientifiques et de conservation, comme la surveillance des animaux nocturnes menacés.

Toutefois, les informations infrarouges seules permettent uniquement de produire des images en niveaux de gris, limitant la lisibilité des environnements observés.

Dans le cadre de travaux publiés dans la revue PLoS One, Andrew Browne et ses collègues de l’université de Californie à Irvine ont pris 140 clichés de différents visages à l’aide d’une caméra capable de détecter à la fois la lumière visible et une partie du spectre infrarouge. L’équipe a ensuite entraîné un réseau neuronal à repérer les corrélations entre la façon dont les objets apparaissaient dans l’infrarouge et leur couleur dans le spectre visible.

Une fois entraînée, l’IA a pu prédire la couleur visible d’images infrarouges pures, y compris celles ayant été prises dans le noir total.

Représentation schématique de la façon dont l’IA utilise les informations de l’infrarouge et de la lumière visible pour coloriser des images en niveaux de gris — © Andrew W. Browne et al. / PLoS One 2022

Vers une évaluation encore plus précise des couleurs

Bien que les images infrarouge traitées à l’aide de ce procédé s’avèrent difficiles à distinguer de leurs contreparties en couleurs, Browne concède que la portée de ce projet est limitée aux visages, et que l’IA devra être préalablement entraînée sur un vaste éventail de scènes et d’objets différents afin que les dispositifs susceptibles de l’exploiter puissent un jour offrir un rendu en temps réel crédible.

« Avec une variété de données suffisamment importante pour former le réseau neuronal et améliorer sa précision, je pense que cette technologie pourrait être utilisée pour une évaluation encore plus précise des couleurs », estime le scientifique.

Selon Adrian Hilton, de l’université du Surrey (Royaume-Uni), l’IA constitue la solution idéale pour repérer toute corrélation entre ce qui est observé dans le spectre visible et ce qui peut être capté dans l’infrarouge, mais son choix de couleurs constituera toujours une supposition plutôt qu’une déduction précise basée sur des preuves.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments