hydrogel
— © Matter / Choudhary et al.

Des chercheurs de l’université du Maryland ont mis au point un nouveau matériau doté d’excellentes capacités d’absorption, qu’ils imaginent pouvoir être utilisé partout, de la cuisine aux salles d’opération.

Des feuilles d’hydrogel ultra-absorbantes

En créant leurs feuilles de gel, les scientifiques américains souhaitaient combiner les propriétés de matériaux poreux comme le tissu et le papier et des hydrogels, capables d’absorber plus de 100 fois leur poids en eau, mais ayant tendance à devenir friables et cassants lorsqu’ils sèchent.

Pour ce faire, l’équipe a utilisé un mélange d’acide acétique, de bicarbonate de sodium et de différents ingrédients dont les interactions ont libéré des bulles de dioxyde de carbone et entraîné la formation d’un matériau poreux semblable à une mousse. Des plaques de verre ont été utilisées pour le presser, et la feuille obtenue exposée à la lumière UV pour fixer les bulles et pores. Le matériau a ensuite été plongé dans de l’alcool et de la glycérine, puis séché, le rendant doux, flexible et aussi facile à découper que du tissu.

Lorsque la feuille a été placée sur une flaque d’eau, elle a absorbé plus de trois fois plus de liquide que les tampons en tissu et les serviettes en papier, sans goutter, et son efficacité a également été démontrée pour des liquides plus épais. Au cours d’expériences impliquant du sang, la feuille de gel s’est avérée capable d’en absorber près de 40 ml en 60 secondes, contre 22 ml (soit 55 % de moins) pour une compresse de gaze de même épaisseur.

« Notre démarche consiste à obtenir des propriétés uniques avec des matériaux de départ simples », explique Srinivasa Raghavan, auteur principal de la nouvelle étude, publiée dans la revue Matter. « À notre connaissance, il s’agit du premier hydrogel présentant de telles propriétés tactiles et mécaniques. »

Un vaste éventail d’applications potentielles

L’équipe travaille actuellement à améliorer le pouvoir absorbant de son matériau, à le rendre plus solide et réutilisable, et à en développer des versions à même d’absorber l’huile. Raghavan imagine qu’un jour, ces dispositifs seront déployés dans les cuisines, les laboratoires scientifiques et les cabinets médicaux, et également utilisés comme pansements.

« Techniquement, les feuilles de gel pourraient être considérées comme une version améliorée des serviettes en papier », estime Raghavan. « Je suis toujours intéressé par le fait de pousser nos inventions au-delà du simple cadre de l’étude. Ce serait merveilleux de les amener à une utilisation pratique réelle. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments