Avez-vous déjà entendu parler des Huns ? Ces guerriers sont décrits comme un peuple sanguinaire, barbare, n’aimant pas l’ordre et voulant renverser tous les royaumes établis. Mais jusqu’où ces suppositions sont-elles vraies ? Plongeons-nous dans un peu d’histoire.

Qui sont les Huns ?

Les Huns désignent un ancien peuple nomade qui serait originaire d’Asie centrale. Leur présence en Europe est confirmée à partir du IVe siècle et ils y établirent un véritable empire dit « hunnique ». Leur domination commença ainsi en Asie centrale pour s’étendre en Europe à partir de l’an 375.

Ce peuple aurait principalement vécu de l’élevage. Ils étaient reconnus comme étant des combattants exceptionnels et ont parfois été recrutés en tant que mercenaires, en particulier par le général romain Flavius Aetius, surnommé « le dernier des Romains », qui mourut en l’an 454.

— steve estvanik / Shutterstock.com

L’origine des Huns, un mystère pour les historiens

— steve estvanik / Shutterstock.com

D’après l’historien Peter Heather, les Huns « restent profondément mystérieux » en raison de la rareté des documents écrits à leur sujet et de leurs origines obscures. National Geographic rapporte que ces nomades particuliers pourraient être originaires de l’actuel Kazakhstan et qu’ils auraient parcouru les steppes de l’est vers l’an 350 après J.-C.

Mais plus tard, plus précisément au XVIIIe siècle, Joseph de Guignes, un orientaliste français, a relié l’origine des Huns à celle des Xiongnu qui sont des nomades présumés turcs ou mongols, des voisins septentrionaux des Chinois. D’après le chercheur, les Huns étaient leurs descendants jusqu’au Ier siècle mais des études ultérieures ont tantôt confirmé tantôt infirmé ces affirmations à tel point qu’aucune vérité n’a été établie jusqu’à présent.

Les Huns et les grandes invasions

Ils seraient particulièrement entrés dans l’histoire occidentale vers la fin du IVe siècle et leur arrivée est perçue par les historiens comme l’élément déclencheur des grandes invasions. Les Huns se seraient déplacés le long de la mer Noire en attaquant tous les peuples sur leur passage, allant des Vandales aux Wisigoths et aux Goths qui fuirent, et attaquèrent à leur tour Rome. Ces migrations massives ont par la suite déstabilisé l’Empire romain.

Toutefois, bien que les peuples germains avaient déjà fomenté des attaques à l’encontre de l’Empire romain, l’attaque des Huns a ainsi accéléré les invasions. A mesure que les Huns avancèrent vers l’ouest, ils dominèrent peu à peu les steppes d’Europe orientale et centrale et ont créé une puissante fédération de Barbares. Mais parmi tous les Huns, un guerrier mérite d’être particulièrement évoqué : Attila le Hun.

Attila, le Terrible

Attila est indubitablement le plus grand chef Hun de tous les temps. Il amena à son sommet la terrible réputation des Huns et en joua largement. Pour preuve, les récits historiques l’appellent même le « Fléau de Dieu ». Il figure même parmi les ennemis les plus redoutés par les empires romains occidental et oriental, arrivant même à obtenir une rançon de Constantinople.

Ce grand chef Hun a notamment pillé les Balkans, Metz, Reims, Verdun et a détruit les villes d’Aquileia et de Naissus. Réputé pour ne faire preuve d’aucune pitié et d’avoir fait des actes de terreur indescriptibles, Attila a conduit un empire tribal composé non seulement de Huns, d’Ostrogoths mais aussi d’Alains et d’autres.

Mais les Huns et les Romains étaient-ils vraiment ennemis ?

Pas si sûr. En 2017, Susanne Hakenbeck, une archéologue, avait effectivement analysé des ossements hunniques découverts en Pannonie, une ancienne région de l’Empire romain. L’analyse isotopique des ossements aurait effectivement montré que les Romains et les Huns ont coexisté et faisaient même des échanges culturels.

— German Vizulis / Shutterstock.com

De plus, selon National Geographic, « Attila n’a jamais envahi Rome » même si on attribue à son peuple la dislocation de l’empire. Bien que pour l’historien grec Jordanes, les Huns sont une « tribu perfide » grandement responsable de la chute de l’Empire romain, les historiens modernes affirment que leur rôle dans la chute de Rome était de moindre importance. Certains pensent même que c’est l’instabilité inhérente à l’Empire romain qui lui a valu d’être envahie par les Barbares.

Dans tous les cas, aujourd’hui encore, les Huns ont une féroce réputation. En 1900, l’empereur allemand Guillame II aurait même encouragé ses troupes « à être aussi impitoyables que les Huns » si bien que lors de la Première Guerre mondiale, on appelait les Allemands, les « Huns ».

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de