― Followtheflow / Shutterstock.com

Avec le second confinement, les hôtels ont été contraints de fermer leurs portes. Pas tous… L’Avenir Montmartre a décidé d’ouvrir ses portes pour la bonne cause. L’établissement a contacté l’association Emmaüs, qui aide les personnes démunies, afin de lui offrir ses 42 chambres. 85 personnes seront ainsi logées gratuitement dans cet hôtel, pour un an.

« Un hôtel est la solution idéale pour nous »

Pour les secteurs du tourisme, entre autres, le second confinement est un coup dur. Alors que les hôtels peinent à panser les plaies de la crise sanitaire, les voilà de nouveau contraints de fermer leurs portes. Certains, toutefois, ont décidé de rester ouverts : l’hôtel Avenir Montmartre, situé à Paris, dans le IXe arrondissement, a décidé de permettre à 85 sans-abri d’être hébergés gratuitement dans ses 42 chambres.

L’établissement a contacté Emmaüs afin de lui proposer son aide. « L’hôtelier connaissait bien notre association », raconte Bruno Morel, le directeur général d’Emmaüs Solidarité, « il nous a donc contactés pour nous proposer de mettre à disposition son établissement pour une durée d’un an ». L’hôtel devient très vite un centre d’hébergement d’urgence et une équipe de 10 personnes est mise en place pour prendre soin des pensionnaires 24 heures sur 24. « Un hôtel est la solution idéale pour nous, poursuit Bruno Morel, les chambres sont équipées et les cuisines nous permettent de servir des repas sur place. »

Un geste de solidarité en période difficile

L’hôtel a été réaménagé pour accueillir ses nouveaux pensionnaires : la salle du petit déjeuner a été transformée en réfectoire, la salle de réception en point d’accueil. La signalétique rappelant les gestes barrières est également présente partout, naturellement. « Tout a été pensé dans le respect du protocole sanitaire », explique Bruno Morel. « Nous sommes sur un public masculin, âgé d’une quarantaine d’années, certains ont connu de grosses ruptures sociales, familiales ou ont des parcours traumatiques d’exil, une santé parfois fragilisée, d’où la présence régulière d’un infirmier. Certains travaillent dans le gardiennage, le bâtiment ou étaient serveurs… Ce sont des personnes qui ont une volonté de trouver des solutions. »

Trouver des places d’hébergement pour les sans-abri est déjà difficile en temps normal, mais en période de pandémie et confinement, cela est encore plus compliqué. Alors que les associations dénombrent un million de Français qui ont sombré dans la pauvreté à cause de la pandémie, des initiatives comme celle-ci appellent à la solidarité et à l’entraide.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de