― Jannarong / Shutterstock

En général, les femelles sont plus grandes que les mâles chez les animaux. Contrairement à cela, les hommes sont d’habitude plus grands que les femmes. Ce paradoxe a suscité la curiosité de nombreux chercheurs, qui a abouti à de nombreuses études sur ce sujet.

Les différentes théories controversées des chercheurs

Selon Darwin, cette différence de taille qu’on appelle communément « dimorphisme sexuel » date d’une époque assez lointaine. En effet, jadis, les hommes se servaient de leur taille pour dominer physiquement et sexuellement. Ainsi, les plus grands hommes avaient l’avantage sur ceux qui étaient plus petits dans les bagarres pour arriver à des relations sexuelles avec des femmes. D’ailleurs, c’était pareil chez les animaux. Par conséquent, chez les animaux, les progénitures issues de grands mâles ont pu hériter de la stature et de la grande taille de leur père. Cependant, cela n’a pas été confirmé chez l’humain.

Toutefois, vers la fin des années 2000, une autre possibilité s’annonce. En effet, d’après quelques études faites, il s’avère que la grande taille des hommes ne tenait pas au fait de leur imposition sexuelle. Elle s’expliquait surtout par le rapetissement des femmes qui résulte en majeure partie d’une sous-alimentation. La petite quantité ou même l’inexistence de protéines animales dans leur alimentation a accentué leur petite taille.

Selon les scientifiques, les femmes devraient être naturellement plus grandes que les hommes. D’un côté, leur théorie s’appuie sur la biologie ainsi que sur l’évolution. D’un autre côté, c’est pour pouvoir satisfaire des desseins bien précis dont le principal est de défendre leurs enfants. En plus de cela s’ajoute la facilitation de la grossesse, de l’accouchement ainsi que de l’allaitement.

Les nombreuses conséquences du « dimorphisme sexuel »

Selon l’anthropologue des sciences Priscille Touraille, les sociétés humaines se basent généralement sur le dimorphisme sexuel ou encore la différenciation de genre. À cause de cela, les femmes sont sujettes à des discriminations de tout genre, elles ne bénéficient pas des mêmes traitements que ceux prodigués aux hommes. Deux facteurs principaux sont donc responsables de la petite taille des femmes : la culture et l’alimentation. Concernant l’accès à la nourriture, on peut dire que les femmes sont vraiment désavantagées par rapport aux hommes. D’ailleurs, selon l’ONU, deux fois plus de femmes que d’hommes subissent la malnutrition.

D’après l’anthropologue Françoise Héritier, le mentor de Priscille Touraille, cette restriction alimentaire peut être constatée dans plusieurs cultures. Elle est présente au Burkina, en France, mais aussi dans les pays occidentaux où les garçons sont généralement servis en premier. Quant aux conséquences néfastes de la malnutrition, Priscille Touraille va encore plus loin. Selon ses études, les restrictions alimentaires supportées par les femmes pendant fort longtemps ont causé un taux de mortalité considérable chez les femmes de grande taille. Ce qui explique en grande partie l’échec des gènes des femmes de grande taille qui n’ont pas pu marquer l’histoire des Homo sapiens.

6
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
6 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
2 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
ChiroKuroathenaEowyaLouSarah B. Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Freelog
Invité
Freelog

Et le fait que le début de règles stopperait la croissance n’a pas de lien?

Sarah B.
Invité
Sarah B.

« en général, chez les animaux, les femelles sont plus grandes que les mâles »… Euuuuh, pas chez les mammifères, ni chez les oiseaux, ni chez de nombreux poissons où le mâle doit séduire par sa combativité ou protéger le frai. Quant à cette histoire de femmes sous alimentées, c’est digne de… Lire la suite »