père enfant
— Rawpixel.com / Shutterstock.com

Les capacités intellectuelles varient considérablement d’une personne à l’autre. Mais d’après une nouvelle étude menée par des chercheurs du Centre Ragnar Frisch pour la recherche économique de l’université d’Oslo, les hommes plus intelligents auraient tendance à devenir père plus tard dans la vie.

Une étude sur 900 000 hommes

Pour cette étude publiée dans la revue Biology Letters, les chercheurs ont collecté des données provenant des registres administratifs norvégiens. Ils ont ainsi pu analyser les données de 900 000 hommes norvégiens entre 1950 et 1981. Ceux-ci ont tous effectué un test de renseignement de conscription de l’armée quand ils étaient adolescents.

Les résultats de l’analyse démontrent que ceux qui avaient un QI plus élevé ont eu leur premier enfant à un âge plus avancé que ceux ayant un QI inférieur. D’après les chercheurs, les hommes plus intelligents seraient également plus susceptibles d’avoir plus d’enfants. En outre, le taux d’absence d’enfant serait largement plus grand dans le groupe ayant obtenu les scores les plus faibles.

« Les hommes qui ont obtenu un score dans les 20 % supérieurs des capacités cognitives ont eu leur premier enfant à l’âge moyen de 30 ans et ont eu un total de deux enfants. Pendant ce temps, les hommes qui ont obtenu un score dans les 20 % inférieurs ont eu leur premier enfant à l’âge moyen de 27 ans et ont eu un total de 1,8 enfant », a détaillé Ole Rogeberg, auteur principal de l’étude.

père bébé
— Halfpoint / Shutterstock.com

D’autres facteurs à prendre en compte

Nicky Hudson, sociologue médicale et directrice du Centre de recherche sur la reproduction de l’université de Montfort, indique que ce phénomène pourrait également être influencé par d’autres facteurs que le quotient intellectuel. Il explique que les personnes qui étudient plus longtemps ou qui appartiennent à des groupes à revenu plus élevé peuvent avoir des enfants plus tard. En outre, l’augmentation du coût de la vie et l’insécurité accrue du travail peuvent susciter les parents de choisir d’avoir des enfants plus tard afin de pouvoir se stabiliser sur le plan financier.

De son côté, Geeta Nargund, la directrice de Create Fertility, rappelle qu’il est important que les individus qui souhaitent devenir parents prennent conscience de l’effet significatif que l’âge peut avoir sur les capacités de procréation chez les deux sexes. Elle indique que les enfants issus de pères âgés de plus de 45 ans ont cinq fois plus de risques de souffrir d’un trouble du spectre autistique et sont 13 fois plus susceptibles de recevoir le diagnostic de TDAH. En outre, les femmes dont les partenaires masculins ont plus de 45 ans encourent un risque de fausse couche deux fois plus élevé par rapport à celles ayant des partenaires de moins de 25 ans.

Pour aller plus loin, voici 5 faits scientifiques à connaître sur les papas.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments