Pour la fête des pères, voici 5 faits scientifiques méconnus sur les papas, qui vont sûrement vous intéresser. 

James Rilling, professeur et président du département d’anthropologie de l’Université Emory, vient tout juste de finaliser ses entrevues avec 120 hommes qui viennent de devenir papas. Au cours de ces interviews, il leur a demandé entre autres ce qu’ils trouvaient de plus enrichissant en devenant père. Accompagné de son collègue Craig Hadley, ils analysent encore les résultats et finalisent l’étude.

Alors que les mères ont souvent plus d’effet sur le développement de l’enfant, comme l’explique Rilling, les papas sont importants et leur rôle justifie le fait de mener plus de recherches.  

Voici donc 5 faits scientifiques sur la paternité, selon plusieurs recherches, dont celles du professeur Rilling.

Les papas peuvent souffrir de la dépression post-partum

La dépression post-partum est souvent connue comme une potentielle complication pour les jeunes mères après l’accouchement. Mais les pères sont également susceptibles de souffrir de cette dépression. “Le taux de dépression chez les nouveaux pères est environ le double de celui de la population générale des hommes”, explique le professeur Rilling.

Selon lui, cela peut être dû au manque de sommeil, au changement hormonal après l’arrivée du bébé, mais également à cause de changements dans la relation avec sa partenaire. En effet, de nombreux nouveaux papas rapportent que l’attention et l’affection de leur compagne, qui leur étaient normalement destinées, se sont déplacées vers le nouvel enfant.

Il ajoute également que les jeunes papas peuvent sentir le poids d’une nouvelle responsabilité financière. De plus, tout comme de nombreuses mamans, ils expérimentent souvent un conflit pour garder l’équilibre travail-parentalité.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de