Réputé comme une plateforme tournante qui met en avant des messages sociaux parfois forts et crus, le Nikon film festival ne fait encore pas exception à la règle avec sa sélection 2019. Le festival de court métrage, porté par son slogan publicitaire « Je suis… », met au défi les réalisateurs du monde entier de réaliser un court métrage frappant à l’issu duquel un certain nombre de lots prestigieux seront distribués et des opportunités seront données.

Le court métrage intitulé « Je suis un homme, un vrai » fait déjà parler de lui pour la violence de son thème. Il met en scène un père accompagnant ses deux enfants sur un terrain de rugby, et qui, au nom d’une éducation genrée, incite son fils à la violence et à l’agressivité malgré les réticences de ce dernier, qui apparaît comme sensible.

Un court métrage fort, brutal, qui appelle au respect de la personnalité de l’enfant, plutôt que de lui véhiculer des stéréotypes en fonction d’une notion socialement acceptée.

Comme le souligne bien Aurélien Mathieu, le réalisateur, « l’objectif est d’inspirer le spectateur à concevoir d’autres formes de masculinité et de faire comprendre que l’égalité des sexes ne sera pas possible tant que la société continuera à éduquer un sexe en opposition à l’autre. »

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de