Ces derniers jours, des centaines de milliers de carcasses de poissons ont été retrouvées dans plusieurs cours d’eau du sud-est de l’Australie. Si le gouvernement attribue ce désastre écologique à la sécheresse, plusieurs chercheurs estiment qu’il serait principalement dû à une surexploitation de l’eau.

 

Près d’un million de poissons d’eau douce retrouvés morts

Il flotte aujourd’hui une odeur pestilentielle le long des berges du bassin hydrographique Murray-Darling, et on ne compte plus les vidéos tournées par les habitants de la région qui témoignent de cette véritable catastrophe écologique. Dans un premier temps évalué à plusieurs centaines de milliers par le gouvernement, le chiffre du million de poissons morts pourrait même être dépassé à l’heure actuelle, en raison de la hausse des températures constatée dans le sud-est de l’Australie.

Attribuée par le gouvernement australien à la forte vague de sécheresse sévissant depuis plusieurs semaines sur le continent, cette hécatombe sans précédent serait en grande partie causée par la mauvaise gestion des cours d’eau selon de nombreux universitaires du pays. Si l’on en croit les premiers prélèvements réalisés sur place, la baisse du niveau des cours d’eau et la hausse des températures pourraient également avoir favorisé la propagation d’une algue qui libérerait une grande quantité de toxines dans l’eau et priverait les poissons d’oxygène.

 

L’irrigation abusive pointée du doigt par les scientifiques australiens

Depuis maintenant plusieurs années, de nombreux chercheurs mettent en garde contre l’extraction sauvage et non contrôlée de grandes quantités d’eau dans les fleuves australiens, notamment utilisées pour l’irrigation des cultures. Comme l’a précisé John Williams, spécialiste de la question de l’eau à l’Université nationale australienne : « Ce qui se produit est révoltant. La mort des poissons et des cours d’eau n’est pas dû à la sécheresse, mais au fait que nous puisions beaucoup trop d’eau de nos fleuves ».

Face à l’ampleur de la catastrophe, dont le bilan ne cesse de s’alourdir, les scientifiques réclament désormais des comptes aux autorités chargées de la gestion du bassin Murray-Darling. Comme l’a précisé Quentin Grafton, de l’Université nationale australienne : « Des milliards ont été dépensés dans la rénovation des infrastructures d’irrigation. C’est une honte, et il est temps que les responsables rendent des comptes sur la catastrophe qui est en train de se dérouler ».

Cette terrible hécatombe pourrait donc se poursuivre dans les jours à venir mais aussi à long terme…

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de