10 faits intrigants qui font du gypaète barbu l’un des oiseaux les plus mystérieux de la planète

une-gypaete-barbuUn gypaète barbu via Shutterstock

Présent dans les montagnes d’Asie centrale, d’Afrique de l’Est et d’Europe, le gypaète barbu est un oiseau rare et secret. Cette espèce de vautour suit un régime alimentaire très restrictif à base d’ossements et colorie ses plumes en rouge vif, ce qui lui donne un air martial. Mais malgré son comportement singulier et son aspect intimidant, il est totalement inoffensif envers les créatures vivantes.

Son nom signifie « vautour des agneaux » en allemand

gypaete-barbu-2

Son apparence sanguinaire et son alimentation excentrique ont valu au gypaète barbu la réputation d’un rapace qui emporte des agneaux, des veaux, et même des enfants. Bien entendu, ce ne sont que des légendes, car il n’existe aucune preuve de son hostilité envers les humains.

Il se nourrit surtout d’os

Gypaetus_Barbatus-gypaete-barbu10

D’autre part, les Espagnols l’appellent le « casseur d’os ». En effet, l’os et la moelle osseuse constituent quatre-vingts pour cent de son alimentation. Son estomac a un pH très acide d’environ 1, ce qui lui permet de digérer en moins de 24 heures les matières les plus dures et indigestes pour d’autres espèces. Ce vautour est un charognard. Après avoir trouvé une carcasse à son goût, l’oiseau l’emporte en hauteur et la laisse tomber sur les rochers pour la briser en morceaux. Pour procéder à ce démembrement spectaculaire, les gypaètes barbus ont même leurs endroits préférés qui portent le nom macabre d’ossuaires. Outre des ossements, ils se nourrissent aussi de petits lézards et de tortues.

Étant le seul à pouvoir consommer ce qui reste après le passage des autres charognards, notamment les vautours fauves ou les grands corbeaux, le gypaète peut patienter très longtemps avant de s’approcher des carcasses. Il contribue ainsi à leur élimination ultime en jouant un rôle sanitaire essentiel.

Il se frictionne le plumage de boue pour paraître plus intimidant

gypaete barbu_Bartgeier_Gypaetus_barbatus__Richard_Bartz_1

Le plumage des gypaètes présente une variété de nuances, du blanc pur au rouge-orange. Les sols souillés par l’oxyde de fer donnent aux oiseaux leur apparence de feu. Les gypaètes barbus s’appliquent cette boue ferrugineuse à l’aide de leurs griffes avant de se lisser les plumes pendant près d’une heure pour donner une lueur orange vif. De façon générale, ils sont attirés par le rouge des feuilles ou du bois. Les oiseaux en captivité manifestent le même comportement, ce qui permet de le qualifier d’instinctif, contrairement à un comportement appris. Le problème, c’est qu’en l’absence de boue, ils sont condamnés à une blancheur immaculée qui les dévalorise aux yeux de leurs congénères.


Si vous avez confiance en vous-mêmes, vous inspirerez confiance aux autres.

— Johann Wolfgang von Goethe