Aussi étonnant que cela puisse paraître, les robots sont à présent mobilisés en pleine guerre en Ukraine. Explications.

C’est Spot, le chien-robot de Boston Dynamics, qui est réquisitionné autour de Kyiv par les démineurs. Ses missions : manipuler les munitions non explosées et les obus russes, remplacer l’Homme et se frayer un chemin là où les autres robots démineurs, dont ceux de l’Américain HALO Trust, ne peuvent pas passer.

Cela fait maintenant un an que Spot s’entraîne à repérer les explosifs. En Ukraine, il pourrait également être utilisé pour s’occuper des mines antipersonnel russes POM-3. Lancées avec un lanceur ou un aéronef, ces mines détectent la présence d’une personne ou d’un véhicule à seulement quelques mètres. Elles envoient alors une charge explosive en l’air. Sur la terre, il est missionné comme les autres démineurs humains. Pour ce faire, il déploie un bras robotique situé sur sa tête qui lui permet de déposer les munitions vers des fosses remplies d’explosifs. Lorsque 50 à 100 d’entre eux sont déposés, les démineurs font tout exploser.

En plus de Spot, les démineurs utilisent des robots de terrain et des machines coupant des câbles possiblement piégés. Le blindé MV-4 en fait partie. S’il pèse sept tonnes et est très efficace, il a toujours besoin du chien-robot pour se faufiler plus facilement. Si pour l’heure il n’y a que lui, HALO Trust envisage de déployer une douzaine de chiens-robots pour renforcer les équipes. Pour rappel, Spot offre désormais ses services pour surveiller Pompéi.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments