Jusqu’à très récemment, le fait de procéder à une greffe de cornée artificielle relevait plus de la fiction que de la réalité. Mais grâce aux efforts d’un groupe de scientifiques japonais, une femme atteinte d’une grave maladie de la cornée a pu bénéficier d’une nouvelle cornée artificielle ; ce qui lui a notamment permis de retrouver la vue.

Une méthode révolutionnaire

Les chercheurs de l’université d’Osaka ont ainsi effectué pour la première fois dans l’histoire du monde une greffe de cornée sur l’Homme. La greffe a pu être réalisée en utilisant des cellules souches pluripotentes induites (CSPi) qui ont été reprogrammées, et non du biomatériel de donneurs morts. La nouvelle a notamment été rapportée par la revue scientifique Nature et constitue un exploit incroyable de progrès médical.

Rappelons notamment que les cellules CSPi ont été découvertes par le biologiste japonais, Shinya Yamanaka, de l’université de Kyoto. Ce dernier a notamment reçu le prix Nobel pour cette découverte. Jusqu’à présent, lesdites cellules ont été utilisées pour traiter des lésions de la moelle épinière, la maladie de Parkinson, la dégénérescence maculaire liée à l’âge et d’autres maladies oculaires.

Une opération couronnée de succès

C’est Kohji Nishida qui a dirigé l’équipe de l’université d’Osaka, et il a lui-même effectué la greffe sur l’œil gauche de la femme. Cette dernière, âgée d’une quarantaine d’années, souffrait d’un déficit en cellules souches épithéliales de la cornée, un problème pouvant entraîner la cécité. L’intervention a eu lieu le 27 juillet dernier. Bien que la patiente soit toujours sous étroite surveillance, elle a déjà pu rentrer chez elle.

Les médecins ont indiqué qu’elle se remettait bien de son opération, et qu’elle voyait mieux de son œil gauche qui a été opéré. D’ailleurs, son œil va suffisamment bien pour qu’elle puisse l’utiliser normalement dans sa vie quotidienne. Jusqu’à présent, aucun rejet de la cornée n’a été observé. Selon le professeur Nishida : « Nous avons seulement mené la première opération et nous continuons à surveiller le patient avec soin. »

Un futur brillant dans le domaine de l’ophtalmologie

Cela laisse notamment entendre que Kohji Nishida et son équipe prévoient de poursuivre leurs efforts et de procéder à des greffes sur d’autres patients. Lors d’une conférence de presse rapportée par le Japan Times, le professeur a déclaré que lui et soin équipe prévoient d’effectuer la même greffe sur un deuxième patient d’ici la fin de l’année, et d’effectuer deux greffes supplémentaires l’année prochaine. Par ailleurs, le ministère japonais de la Santé a donné à Nishida la permission d’essayer la procédure sur quatre personnes.

Les chercheurs japonais ont bon espoir que ce nouveau traitement puisse devenir un moyen pratique de restaurer la vision chez des patients qui sont obligés d’attendre une greffe de cornée d’un donneur décédé. Cela est très important dans la mesure où, selon le Japan Times, environ 1600 personnes sont actuellement sur la liste d’attente pour une telle procédure au Japon. Pour Nishida et son équipe, l’objectif final de leurs recherches est de rendre le traitement praticable dans les cliniques du monde entier d’ici cinq ans.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de