En 1974, Gisèle Halimi répond à une femme anti-avortement sur un plateau de télévision. Alors que la présentatrice demande à la célèbre avocate : « Si vous êtes en présence d’une femme qui vient de tuer son bébé, […] qu’allez-vous faire à cette femme, alors que vous défendez celle qui aura tué son bébé dans son ventre ? » Sans se laisser intimider le moins du monde, ni entrer dans l’agressivité, la militante féministe explique qu’elle ne fait pas « une croisade pour l’avortement ». « Si vous entendez ne jamais avorter et avoir un enfant chaque fois que vous aurez un rapport sexuel, c’est votre affaire. Ce qui est intolérable, c’est que vous, ayant fait ce choix, vous ayez la prétention de l’imposer aux autres. » Un message qui résonne encore aujourd’hui, à l’heure où l’avortement est menacé de par le monde, et où de nombreuses personnes pensent que leur mode de vie est celui qui devrait être imposé à tous.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de