C’est prouvé : la viande et les produits laitiers polluent autant que le pétrole

Des chercheurs de l’Institute for Agriculture and Trade Policy viennent de publier une étude alarmante. D’après le rapport, les cinq plus grandes entreprises de viande et de produits laitiers au monde émettent autant de gaz à effet de serre qu’ExxonMobile ou Shell, les sociétés pétrolières et gazières les plus polluantes du monde. 

Les 5 entreprises de viande et de produits laitiers polluent plus que les sociétés pétrolières

JBS, Tyson, Cargill, Dairy Farmers of America, Fonterra, ces noms ne vous disent sûrement rien pourtant ces grandes entreprises de viande et de produits laitiers polluent autant voire plus que les sociétés ExxonMobile, BP ou Shell.

L’étude “Émissions impossibles : comment la viande et les produits laitiers réchauffent notre planète” de l’Institute for Agriculture and Trade Policy et de l’ONG Grain a fait ce dramatique constat. Passées bien en dessous du feu des projecteurs, les entreprises de viande et de produits laitiers ne sont clairement pas en reste en ce qui concerne la pollution de notre planète.

Les organismes qui sont à l’origine de ce rapport ont passé au crible les 35 plus grandes entreprises mondiales de produits laitiers, de bœuf, de porc et de volaille. Seulement quatre d’entre elles, Danone, Nestlé, FrieslandCampina et NH Foods tenaient à jour un registre sur leurs émissions de gaz à effet de serre.

Ainsi, on constate que ces entreprises se concentrent dans les pays exportateurs de viandes et de produits laitiers. La répartition géographique des sièges de ces entreprises émettrices de gaz à effet de serre est surtout concentrée au Nord : Union Européenne, Canada, Etats-Unis mais également Australie, Nouvelle-Zélande, Brésil, Argentine, Arabie Saoudite, Chine ou encore Japon.

On découvre que les 5 plus grandes entreprises de viandes et de produits laitiers sont basées en Nouvelle-Zélande, aux Etats-Unis (3) et au Brésil. L’ensemble de leurs émissions de gaz à effet de serre est égal à celle de Exxon-Mobil, et supérieur à celles de Shell ou BP.

« Si les secteurs de l’énergie, des transports et d’autres secteurs parviennent à réduire les émissions conformément aux objectifs de Paris, alors que les entreprises des secteurs de la viande et des produits laitiers continuent d’augmenter leur production, le secteur de l’élevage représentera une part de plus en plus importante du budget mondial disponible de 13 gigatonnes d’émissions de gaz à effet de serre », alarme à juste titre le rapport. En effet, même si la consommation de viande dans des pays comme la France ou les Etats-Unis a tendance à baisser, il en est tout autrement pour des gros pays comme la Chine où les modes de consommation évoluent et qui consomment alors bien plus de tonnes de viandes par an, chaque année, comme le démontre cette étude.

 

Un laisser-aller causé par les subventions et notre manière de consommer 

« Pendant des décennies, la production en masse de viande et de produits laitiers a été rendue possible par le fait que les agriculteurs sont payés en dessous du coût de production, que les travailleurs sont exploités et que les contribuables paient la facture de la pollution de l’air, de la terre et de l’eau causée par la viande et les produits laitiers. Il n’y a pas de viande bon marché », explique Shefali Sharma, directrice de l’IATP.

De plus, pour Shefali Sharma, « Il est temps que nous réalisions que la surconsommation est directement liée aux subventions que nous fournissons à l’industrie pour continuer à déforester, à épuiser nos ressources naturelles et à créer un danger majeur pour la santé publique par la surconsommation d’antibiotiques. Ce rapport montre le rôle clé qu’elles jouent également dans la création du changement climatique ». En d’autres termes, ces subventions aux grandes entreprises de la viande contribuent à la fois à la détérioration de l’environnement mais également à celle de votre santé.

La solution ? Consommer plus local, consommer moins, consommer de manière responsable. On estime par exemple que passer d’une consommation quotidienne à seulement un jour sur deux peut réduire de moitié votre impact sur l’environnement.

Une étude récente montre que le bétail ne fournit que 18 % de toutes les calories que nous consommons, et occupe pourtant 83 % de toutes les terres agricoles. Vorace en eau, en nourriture et en surface, la production de viande et de produits laitiers coûte plus à la planète qu’elle ne vous apporte en énergie.

En effet, aujourd’hui les consommateurs sont ceux qui détiennent le plus grand des pouvoirs, celui de choisir ou non de consommer. Comme le constate l’étude, malgré les objectifs affichés de la COP21 et les engagements des pays hébergeant ces entreprises, « le seul élément commun dans ce fouillis de promesses d’entreprises et d’inaction sur le changement climatique est un engagement à la croissance ». Les entreprises de viande et de produits laitiers ne semblent pas vouloir changer leur impact dramatique sur la planète.


Tokyo est la ville la plus peuplée du monde. En 2016, elle compte plus de 42 millions d’habitants

— @DailyGeekShow