— Vernerie Yann / Shutterstock.com

Bien que de nombreux pays européens commencent à se déconfiner, le danger que représente le Covid-19 reste d’actualité. En effet, la pandémie n’est pas encore maîtrisée et de nouvelles découvertes en la matière ont montré que des mystères subsistent sur sa compréhension et ses origines. Une nouvelle étude génétique a montré que le virus est apparu bien plus tôt qu’on ne le pensait au niveau mondial, et notamment en France.

Un résident français infecté un mois avant le signalement des premiers cas dans le pays

Les premiers cas de coronavirus en Chine ont été signalés au mois de décembre 2019. Mais le manque de transparence du gouvernement chinois au début de la pandémie ont instillé des doutes qui subsistent sur la date réelle de l’apparition du virus, et ainsi de sa propagation au niveau mondial. Dans cette optique, les scientifiques recherchent activement des « patients zéro » pour avoir une meilleure compréhension de l’évolution de la propagation du Covid-19.

En ce qui concerne la France, les premiers cas d’infection au SARS-CoV-2 ont été signalés à la fin du mois de janvier 2020. Une nouvelle étude publiée dans l’International Journal of Antimicrobial Agents a cependant suggéré que le virus était déjà dans le pays un mois plus tôt, soit en décembre 2019. L’étude génétique s’est basée sur l’analyse de plus de 7500 échantillons provenant de personnes infectées. Les échantillons prélevés sur 24 patients qui ont été placés en soins intensifs dans des hôpitaux à Paris et qui ont présenté des symptômes de type grippal ont montré qu’au moins l’un d’entre eux avait le Covid-19.

Il s’agissait effectivement d’un résident français de 42 ans qui n’avait pas visité la Chine. Il avait été hospitalisé le 27 décembre ; ce qui démontre que la maladie est arrivée en France beaucoup plus tôt que ce que l’on pensait. « Sur les 24, nous en avions un qui était positif au Covid-19 le 27 décembre », a déclaré le Dr Yves Cohen, chef de la réanimation des hôpitaux Avicenne et Jean-Verdier dans la banlieue nord de Paris, a rapporté The Guardian. Le Dr Cohen a également expliqué que le patient avait survécu et qu’une première enquête pour retracer la contamination avait été effectuée.

Les origines de la propagation initiale du virus restent floues

D’après ces enquêtes, le patient a été malade pendant 15 jours et il a infecté ses deux enfants, mais pas sa femme qui travaille dans un supermarché. Le patient ignore comment il aurait pu contracter la maladie puisqu’il n’est pas allé en dehors du territoire français et n’a eu de contact direct qu’avec sa femme et ses enfants. Les responsables pensent qu’il aurait pu contracter la maladie par l’intermédiaire de sa femme qui travaille avec des collègues d’origine chinoise. Ils suggèrent également que la femme aurait pu être asymptomatique.

Par ailleurs, ces cas précoces de Covid-19 ne concernent pas uniquement la France, ont constaté les scientifiques de l’Institut de génétique de l’University College de Londres dans une étude publiée dans la revue Infection, Genetics and Evolution. Comme le rapporte Business Insider, au moins 170 patients ont signalé avoir des symptômes du Covid-19 entre le 31 décembre au 29 février. En Suède, l’épidémiologiste du pays soupçonne que la maladie est apparue dans le pays dès le mois de novembre 2019, a rapporté le Financial Times. Pour l’instant, beaucoup de mystères persistent sur le sujet, mais les scientifiques continuent activement leurs enquêtes pour obtenir le plus d’informations possible.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de