Beaucoup de découvertes peuvent être faites dans la nature, mais celle d’Alex Wcislo a impressionné les chercheurs. En effet, le jeune lycéen a découvert que des fourmis ont réparé l’arbre qu’il a perforé avec des boules de 9 mm 24 heures plus tôt. C’est une découverte très intéressante pour les chercheurs.

Un étudiant a fait une découverte sur une capacité spéciale des fournis

Un jeune lycéen dénommé Alex Wcislo a joué au tir de boules d’argile de 9 mm (0,35 pouce), laissant des « blessures » superficielles à travers les arbres. A peine 24 heures plus tard, il a été surpris de voir que ces trous étaient presque complètement réparés. Cela a conduit Wcislo et ses cinq amis étudiants à mener d’autres expériences, en perçant des trous dans d’autres arbres pour voir comment les réparer. Ces expériences ont ensuite été écrites et publiées dans le cadre du programme de volontariat du Smithsonian Tropical Research Institute (STRI) au Panama.

Un comportementaliste animalier du STRI, William Wcislo a été très surpris par les résultats et très impressionné par la façon dont les étudiants ont exploité un moyen simple de tester l’idée que les fourmis puissent réparer les dommages causés aux arbres. 

— Helissa Grundemann / Shutterstock.com L’arbre Cecropia est protégé par les fourmis

Les relations symbiotiques entre les fourmis et les arbres

Apparemment, il existerait une relation spéciale entre les fourmis Azteca alfari et les arbres. Les fourmis font effectivement de leur mieux pour protéger les arbres des herbivores car elles récupèrent les sécrétions huileuses nutritives des feuilles pour se nourrir et s’abriter dans la tige creuse. Ce qui est surprenant dans leur relation, c’est que si cet arbre est menacé, les insectes réparent les dommages. Selon une théorie, lorsque les larves (œufs, larves et pupes) de la colonie sont en danger, les fourmis les protègent avec la tige de la plante elle-même.

Il ne faut pas oublier que l’objet de la recherche ici est la restauration des arbres perforés. Les chercheurs ont écrit dans leur étude parue dans le Journal of Hymenoptera Research, « la raison derrière le comportement de réparation des trous peut être que les trous dans l’arbre exposent la vulnérabilité des fourmis à des agents pathogènes externes, des prédateurs ou des changements dans d’autres paramètres environnementaux ». Cependant, les chercheurs n’ont pas exclu aussi la possibilité que l’arbre bénéficie de ce comportement des fourmis, comme des sécrétions antibactériennes autour des trous.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments