arthropodes géants
De gauche à droite : fossile d’arthropode non minéralisé (Marrellomorpha), de ver paléoscolecide et de trilobite — © Emmanuel Martin

L’examen de fossiles très bien conservés découverts au Maroc suggère que les premiers arthropodes mesuraient près de deux mètres de long. Une taille gigantesque comparée à celle de leurs descendants modernes, incluant crustacés, insectes et arachnides.

Anciens géants des mers

Les chercheurs sont parvenus à cette conclusion en étudiant les restes d’anciens invertébrés provenant du site de Taichoute, dans le désert marocain. Faisant partie du schiste de Fezouata, une formation sédimentaire datant de l’Ordovicien inférieur (il y a 485 millions à 470 millions d’années) découverte en 2017, la zone était à cette époque lointaine complètement immergée et abritait une riche vie aquatique.

Avant la découverte du site, les dépôts fossilifères marocains les plus proches étaient localisés près de la ville de Zagora, située à environ 80 kilomètres, où les arthropodes géants représentaient 1 à 2 % seulement du matériel fossile. En comparaison, leur concentration atteint quasiment 50 % à Taichoute.

« La prédominance des grands arthropodes à Taichoute est unique », souligne Farid Saleh, chercheur à l’université de Lausanne et auteur principal de l’étude, publiée dans la revue Scientific Reports. Si certains de ces nageurs actifs, qui dominaient la zone il y a environ 470 millions d’années, avaient déjà été décrits, un bon nombre de nouvelles espèces ont été découvertes.

arthropodes nectoniques
Larges fragments d’arthropodes nectoniques (capables de se déplacer contre les courants) — © Bertrand Lefebvre

Poursuivant actuellement leur examen des quelque 70 spécimens recueillis au cours des fouilles, les chercheurs ont indiqué avoir notamment identifié plusieurs arthropodes filtreurs du genre Aegirocassis, évoluant agilement dans l’eau.

Des fossiles « exquis »

L’ensevelissement des créatures dans des lits boueux à l’échelle de millions d’années a conduit à une « préservation exquise » des fossiles, incluant dans certains cas les tissus mous et organes internes des arthropodes.

Si les parties supérieures de leurs carapaces étaient bien conservées, l’équipe explique que les glissements de terrain sous-marins intervenus avant que ces structures ne se déposent dans les couches sédimentaires de Taichoute avaient contribué à les morceler. « Des animaux comme les brachiopodes ont été retrouvés attachés à certains fragments d’arthropodes, indiquant que leurs carcasses ont servi de réserves de nutriments pour ces communautés des fonds marins », souligne la paléontologiste Allison Daley.

Les chercheurs pensent avoir à peine effleuré la surface de ce qui pourrait se cacher dans le schiste de Fezouata. De futurs travaux de terrain devraient conduire à de nombreuses découvertes paléontologiques dans les mois et années à venir. « Il y a encore fort à faire à Taichoute », conclut Saleh.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments