œufs préhistoriques
— © National Parks Service

L’examen d’une capsule d’oeufs fossilisée mise au jour dans le nord-ouest des États-Unis a permis de faire la lumière sur les créatures les ayant pondus il y a près de 30 millions d’années.

Un témoignage fossile exceptionnel

Situé dans l’État de l’Oregon, le monument national des sites fossilifères de John Day est principalement connu pour ses couches sédimentaires, renfermant les restes très bien préservés de plantes et d’animaux préhistoriques. Au fil des décennies, ces témoignages fossiles ont offert aux chercheurs un aperçu unique de la biodiversité de la région entre la seconde moitié de l’Éocène (-45 millions d’années) et la fin de Miocène (-5 millions d’années).

Si des découvertes isolées d’oeufs avaient été précédemment réalisées sur le site, en 2016, une équipe de paléontologues était tombée sur un nid en étant rempli. Initialement attribués à des fourmis préhistoriques, ces spécimens ont récemment été réexaminés grâce à l’imagerie micro-CT, approche non destructrice révélant en détail leur structure interne.

Décrite comme « une masse hautement organisée comprenant une grande couvée d’environ cinquante œufs ellipsoïdaux légèrement incurvés disposés radialement sur plusieurs plans, préservée dans une couche en forme de disque de ciment et particules de sol compactées », la structure fossilisée présente des similitudes étroites avec les capsules d’oeufs (ou oothèques) d’autres insectes modernes.

— © National Parks Service

Sauterelles préhistoriques

« Sur la base de la forme de la structure globale et des œufs, nous concluons que le spécimen est une oothèque souterraine fossilisée de sauterelles préhistoriques », soulignent les auteurs de la nouvelle étude, publiée dans le Parks Stewardship Forum.

Selon l’équipe, à l’instar de certaines espèces actuelles de sauterelles, ces créatures préhistoriques inséraient leur abdomen dans le sol et libéraient des sécrétions, qui s’y mélangeaient et finissaient par durcir pour former des oothèques à la forme caractéristique.
Remontant à environ 29 millions d’années, l’exemple récemment réétudié constitue la plus ancienne structure de ce type jamais découverte.

En novembre dernier, l’examen d’oeufs datant du Jurassique avait contribué à éclairer l’évolution des dinosaures.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments