Fossile d’araignée préhistorique — © Michael Frese

Des chercheurs ont identifié un ensemble de plantes et d’animaux fossilisés dans l’est de l’Australie. Ceux-ci remontent à environ 16 millions d’années, lorsque la région était couverte de forêts tropicales luxuriantes.

« Ce type de sites préservent même les structures des tissus mous à l’intérieur des spécimens »

Parmi les fossiles découverts sur le site de McGraths Flat, en Nouvelle-Galles du Sud, figure notamment une araignée mygalomorphe (Mygalomorphae) parfaitement préservée. Mesurant environ 4 centimètres de long, celle-ci vivait dans la région il y a environ 11 à 16 millions d’années et se distinguait principalement de ses homologues modernes par ses pattes antérieures extrêmement développées.

Détaillées dans la revue Science Advances, les fouilles ont également permis la mise au jour de restes tout aussi bien conservés de plantes, d’insectes et de vertébrés, offrant aux chercheurs un aperçu sans précédent de la région à l’époque du Miocène. « Ce type de sites préservent même les structures des tissus mous à l’intérieur des spécimens », souligne Michael Frese, chercheur à l’université de Canberra et auteur principal de l’article les décrivant.

En étudiant les propriétés de plusieurs fossiles végétaux provenant du site, Frese et ses collègues ont pu reconstituer le climat de l’époque. Les simulations informatiques réalisées ont montré que la température annuelle moyenne était d’environ 17 °C et que, pendant les trois mois les plus humides et les plus secs de l’année, les précipitations étaient respectivement de 962 millimètres et de 254 mm par mois.

Fossiles animaux — © McCurry et al. / Science Advances 2022

Un éclairage unique

L’équipe a également trouvé des preuves d’interactions entre les organismes. Notamment une moule d’eau douce fixée à la nageoire d’un poisson préhistorique, impliquant que le mollusque ait utilisé ce dernier pour se déplacer et se nourrir, ainsi qu’un nématode parasite microscopique, semblant avoir « fait du stop » sur le dos d’un longicorne, insecte de l’ordre des coléoptères.

« Un tel degré de fossilisation nous offre un éclairage unique sur ces anciens écosystèmes forestiers tropicaux et comble également une lacune dans la connaissance du passé préhistorique de l’Australie », écrivent les chercheurs. « Avant McGraths Flat, aucun site fossilifère ne nous avait offert des informations aussi détaillées au sujet de cette période clé que représente le Miocène. »

« L’Australie est devenue beaucoup plus aride à cette époque, ce qui a permis l’émergence de la plupart des écosystèmes que nous voyons aujourd’hui » conclut Matthew McCurry, de l’Institut de recherche du musée australien de Sydney.

Fossiles de plantes provenant de McGraths Flat — © McCurry et al. / Science Advances 2022
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments