Le profit avant tout… Total est autorisé à forer à proximité d’un récif corallien unique au monde

« La Préfecture de Cayenne vient d’attribuer à Total l’autorisation de forer sur le permis de Guyane Maritime, au large des côtes guyanaises », « Nous sommes aujourd’hui mobilisés pour préparer la campagne de forage que nous souhaitons démarrer d’ici à la fin de l’année à partir de la base logistique de Cayenne ». C’est par ces mots, délivrés par la direction générale des services de la collectivité territoriale de Guyane, que nous apprenons que Total peut explorer les fonds marins autour du départment d’Outre-Mer, y compris près du récif corallien de l’Amazone découvert il y a quelques années et aujourd’hui menacé.

 

Des forages d’ici la fin de l’année malgré une autorisation controversée

Le plan de forage accordé à Total lui permettra d’exploiter un puit d’exploration dans la partie centrale de la Guyane Maritime sous une période de 4 mois entre fin 2018 et début 2019.

Cinq forages ont déjà été réalisés entre 2012 et 2013 dans la partie sud-est du territoire mais sans succès. En 2014/2015, de nouvelles données étudiées par Total ont montré un potentiel « d’exploration intéressante au nord-ouest du territoire », selon le géant français. Après enquête approfondie, la commission d’enquête à finalement émis un avis favorable à la demande de forage sous les conditions suivantes : « remettre en activité la Commission de Suivi et de Concertation (CSC) sur le pétrole en Guyane », « établir un cahier des charges spécifiques sur les procédure de rejet des boues dans l’océan et le traitement des boues toxiques » et « mettre en oeuvre un contrôle effectif par l’autorité publique de ces rejets et traitements des boues toxiques ».

Une autorisation controversée, Total ayant déjà essuyé le refus par le gouvernement brésilien d’exploiter cette partie du territoire (le territoire maritime s’étendant jusqu’au nord du Brésil). Mais aussi et fait très marquant, une enquête publique demandant l’avis de la population locale quant à cette possible exploitation montrait que sur les 7 183 avis, 7 173 étaient défavorables à ces forages contre seulement 2 favorables (les 8 autres étant indécis).

© pixabay/wasi1370

 

Malaise et incompréhension

L’ONG Greenpeace a réagi à cette nouvelle où elle se dit « atterrée » faisant valoir que les forages que Total compte exploiter sont à proximité d’un récif corallien unique découvert récemment au large de l’embouchure du fleuve de l’Amazone. Pour rappel, le récif découvert – et dont nous avons déjà abordé le sujet chez Daily Geek Show – avait surpris les scientifiques de part la présence en son sein de nombreux coraux et de ses habitants (coraux, poissons, crustacés, etc.) dans un milieu aussi restreint où la lumière manque et les courants marins nombreux.

La possibilité qu’il s’agisse d’une passerelle entre les Caraïbes et l’Atlantique est étudiée par les scientifiques. Cela signifierait qu’il existerait un lien entre deux éco-systèmes et que ce lien n’avait jamais vu auparavant. Les chercheurs rappellent que le récif pourrait s’étendre sur quelques 56 000 km2. Un récif plus que jamais menacé par les forages d’exploitation.

L’incompréhension est d’autant plus marquée puisqu’en plus de l’enquête publique clairement contre ce projet, un rapport du GIEC (l’autorité scientifique internationale sur le climat) recommandant il y a à peine un mois, une réduction massive des émissions de gaz à effet de serre qui sont, issue à 75 % des énergies fossiles, afin d’éviter une hausse des températures déjà limitée à 1,5 degré.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux