À peine découvert, ce récif corallien unique est déjà menacé par les projets d’un géant du pétrole…

Le récif corallien de l’Amazone est un vaste récif situé au large de la Guyane et au nord du Brésil. Cet incroyable écosystème a été découvert en 2016 lors d’une exploration par GreenPeace, pourtant, son existence est déjà menacée par un grand groupe pétrolier français, Total.

UNE DÉCOUVERTE PLEINE DE MYSTÈRE ET D’ESPOIR

Actuellement à bord de l’Esperenza, GreenPeace continue d’explorer cette zone qu’elle avait pour la première fois pu observer en 2016. Le but de cette exploration est autant d’apprendre à la connaître que de la préserver. Les nouvelles images d’exploration sont formelles, les scientifiques ont bien affaire à un récif corallien. Rhodolithes, éponges, coraux sont autant d’habitats pour les poissons, crustacés et autres habitants de ces récifs. La présence de ces coraux est un mystère pour les scientifiques, car ces organismes qui ont d’ordinaire besoin de lumière, ne peuvent pas vivre dans des eaux aussi sédimentaires et avec autant de courant.

L’intérêt de ces explorations est bien sûr de trouver de nouvelles espèces qui ne se développeraient que dans cet écosystème particulier, mais les scientifiques ont une autre interrogation. Et si ce récif était un couloir pour les espèces entre les Caraïbes et l’Atlantique ? Cela signifierait qu’il y a un lien entre deux écosystèmes et que ce lien n’avait jamais été fait auparavant. Le récif serait également bien plus vaste que prévu. Si les chercheurs pensaient qu’il s’étendait sur quelque 9500 km2, ils estiment désormais qu’il atteindrait en fait une taille de 56 000 km2 !

SITÔT DÉCOUVERT, SITÔT MENACÉ

Et pourtant, à peine découvert, le récif est déjà menacé. Il se trouve, malheureusement pour lui, dans la zone de concessions de Total et la société pétrolière française a déjà remis aux autorités brésiliennes, une demande de forage. Si le projet de Total était validé, l’exploitation de dizaine de puits de pétrole s’avérerait extrêmement polluante et dangereuse pour la faune et la flore de la région sous-marine. L’hypothèse de possibles marées noires, comme celles de Deepwater dans le golf du Mexique en 2010, facilitées par les forts courants présents dans la zone, serait catastrophique pour le récif. Une telle catastrophe serait également ravageuse pour les populations côtières du Brésil mais également de la Guyane française.

L’an dernier, l’Agence environnementale brésilienne (IBAMA) avait déjà rejeté le dossier de Total pour le forage pétrolier près du récif de l’Amazone. En cause, le manque de preuves et les informations peu convaincantes fournies par la société pétrolière sur les risques environnementaux liés à la réalisation du projet. Les projets insensés de Total ont été stoppés l’an dernier, cette année GreenPeace invite à nouveau à sauver le récif corallien. Si ce sujet vous touche, vous pouvez signez cette pétition.

Catastrophe pétrolière de Deepwater dans le golf du mexique en 2010

Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre

— Marie Curie