L’incessante fonte des glaces révèle des terres ensevelies depuis plus de 40 000 ans

Même si le pays traverse actuellement un épisode neigeux, il ne faut pas oublier que la planète et son climat se réchauffent dangereusement. Sur l’île de Baffin, à l’extrême nord-est du Canada, la glace fond à vitesse grand V, dévoilant alors des paysages ensevelis depuis des millénaires.

 

Des paysages dévoilés et désormais vulnérables

Non loin du Groenland, l’île de Baffin est bordée de fjords et dominée en son sein par de grandes plaines. Il y a 130 000 ans, pendant l’Eémien (avant-dernière période interglaciaire) la température sur l’île s’élevait à 2 degrés Celsius, et le niveau de la mer était supérieur d’un mètre à celui actuel. Mais les températures ont chuté dans la région, recouvrant alors l’île d’une calotte glaciaire pendant plus de 100 000 ans. Aujourd’hui, le tragique réchauffement climatique que nous traversons nous fait faire un bon dans le passé… il révèle les paysages engloutis et préservés par la glace depuis tant d’années. Car la calotte glaciaire a permis de protéger tout ce qu’il se trouvait en dessous : la faune arctique composée de minuscules plantes et de mousse.

Aujourd’hui, les plantes sont exposées aux éléments tels que l’eau et le vent. Cet environnement fragile pourrait être détruit en quelques années, alors qu’il a été conservé pendant des millénaires. « Le siècle dernier de chaleur est probablement supérieur à celui de tous les siècles précédents, avant ce retour en arrière de 120 000 ans », a déclaré Simon Pendleton, étudiant et chercheur à l’Université du Colorado, Boulder’s Institute of Arctic and Alpine Research.

 

Des glaces vieilles de 120 000 ans qui disparaissent

L’équipe de scientifique a prélevé une centaine d’échantillons à 30 endroits différents sur l’île, ce qui leur a permis de prouver l’ancienneté des plantes. Les radiocarbures peuvent détecter l’âge de la végétation jusque 40 000 ans, et les résultats montre que la faune est au moins aussi vieille. Dans la revue Nature Communications, les chercheurs ont donc indiqué que les plantes se trouvent sous la calotte glaciaire au moins depuis cette époque.

Et il est presque certain que l’île de Baffin a été ensevelie sous la glace pendant beaucoup plus longtemps, explique Simon Pendleton, chef de l’étude. En effet, il y a 40 000 ans, la Terre était au milieu de la dernière ère glaciaire, la calotte était donc profonde et les plantes recouvertes de glace. Avant aujourd’hui, les dernières températures proche de 2 degré Celsius en Arctique date d’il y a près de 120 000 ans, à la fin de l’Éemien. Il y a donc de grandes chances que certains des paysages exposés actuellement sur l’île de Baffin soient enterrés depuis plus de cents mille ans.

La fonte massive de la glace entraîne de grands changements sur l’île, et ils sont visibles à l’œil nu. Cette situation inquiète grandement, Baffin étant le témoin du dérèglement climatique et de ses effets sur Terre.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux