— Mehaniq / Shutterstock.com

Des chercheurs chinois ont mis au point un nouveau tissu réversible innovant. Intégrant des nanoparticules de zinc et de cuivre, celui-ci est capable de réchauffer ou de rafraîchir efficacement son porteur.

Un matériau multicouche innovant

Récemment décrit dans la revue Nano Letters, ce nouveau « textile Janus » multicouche a été conçu par des chercheurs de l’université chinoise du Zhejiang et de l’université Westlake. Multicouche, celui-ci est constitué d’une base de fibres polymères ePTFE (polytétrafuloroéthylène expansé), sur lesquelles ont été appliquées d’autres substances, conférant au tissu des propriétés réchauffantes et rafraîchissantes impressionnantes.

Lorsqu’un vêtement fabriqué dans ce matériau est porté avec la face chauffante vers l’extérieur, les nanoparticules de zinc et de cuivre absorbent l’énergie solaire et réduisent la quantité de chaleur corporelle qui s’échappe. Une fois celui-ci retourné, le revêtement poreux de polymère PMMA (polyméthracrylate de méthyle) situé sur la face rafraîchissante, désormais tournée vers l’extérieur, reflète la lumière solaire et aide à dissiper la chaleur corporelle.

Lors de tests effectués sous la lumière naturelle du soleil, les chercheurs ont constaté que la face chauffante permettait en moyenne d’augmenter la température de la peau simulée sous-jacente de 8 °C supplémentaires par rapport au coton noir. Tandis que la face rafraîchissante abaissait la température de la peau de 6 °C supplémentaires par rapport au coton blanc.

Bien que cette dernière n’ait pas eu d’effet significatif lors de tests réalisés de nuit, le côté réchauffant du textile a quant lui entraîné une augmentation de la température de la peau simulée d’environ 3 °C par rapport au coton noir.

Simple et peu coûteux à produire

Selon les auteurs de l’étude, ce tissu technique se révèle simple et peu coûteux à produire, et offre une respirabilité similaire à celle du coton. En outre, relier le matériau à un générateur thermoélectrique a permis de produire une petite quantité d’électricité en exploitant la différence de température entre la surface intérieure du tissu et la peau.

Une caractéristique suggérant que de tels textiles, devant pour l’instant être portés près du corps pour être efficaces, pourraient un jour être utilisés pour alimenter des appareils électroniques portables.

S’il ne s’agit que d’un pas vers des vêtements capables de s’adapter automatiquement à la température ambiante, ce nouveau matériau pourrait s’avérer particulièrement utile dans les environnements où les températures varient énormément (haute montagne, désert…).

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de