ovni
— ktsdesign / Shutterstock.com

Au cours du dernier siècle, les signaux de nos communications s’échappent dans l’espace, potentiellement captés par des civilisations lointaines. À travers les progrès technologiques, nos émissions ont évolué, de la télévision à bande étroite des débuts aux gigaoctets de données propagées par des milliards d’appareils mobiles aujourd’hui. Cette évolution soulève des questions sur notre visibilité dans l’Univers.

L’héritage des émissions terrestres

Notre planète a involontairement révélé sa présence à environ 75 systèmes stellaires proches. Parmi ceux-ci, un quart abrite des exoplanètes potentiellement habitables, ouvrant la possibilité d’une réception de nos émissions par des intelligences extraterrestres. Des émissions anciennes continuent de voyager à travers l’espace, donnant un aperçu de notre passé et de notre culture.

La science de la recherche de la vie en dehors de la Terre, y compris la preuve de la technologie extraterrestre (ET), est incarnée par la recherche de la vie extraterrestre (SETI). Depuis de nombreuses années, les radioastronomes du SETI recherchent dans la galaxie des émissions radio à bande étroite. 

Cependant, en 1978, les scientifiques Sullivan, Brown et Wetherill ont proposé une autre méthodologie SETI. L’approche alternative suggère d’écouter les extraterrestres qui, sans le savoir, révèlent leur technologie radio quotidienne. L’équipe a conclu que nous émettions suffisamment de signaux radio pour être captés par des systèmes stellaires situés à au moins 25 années-lumière. Toutefois, ces recherches ont été mises de côté au fil des ans au profit de l’écoute de signaux spécifiques.

extraterrestres

Les nouvelles émissions 

Michael Garrett, professeur d’astronomie à l’université de Manchester, a rappelé que « les scientifiques du SETI n’ont cessé de dire que nous allions devenir radio-silencieux. Mais le nombre de ces faibles signaux provenant de nos gadgets Wi-Fi et mobiles ne cesse d’augmenter. Il y a aujourd’hui des milliards de téléphones portables sur Terre, alors que le mien n’a qu’un watt de puissance. »

En conséquence, les radioastronomes ont conclu que le profil de 1978 des fuites radio de la Terre devait être mis à jour. Aujourd’hui, des milliards d’appareils mobiles diffusent des quantités massives de données à travers la planète, créant un motif complexe de signatures à large bande. L’équipe de radioastronomie travaille sur la modélisation de ces « technosignatures » terrestres, prenant en compte la géolocalisation de 30 millions de tours de téléphonie cellulaire dans le monde, de la plateforme de crowdsourcing OpenCelliD.

« La puissance de transmission n’est pas le seul facteur de détection. Nous prenons en compte des éléments tels que la fréquence, la synchronisation et la largeur de bande. Bien sûr, il y a aussi la sensibilité du télescope récepteur, ainsi que son emplacement et sa portée », explique Ramiro Saide, radioastronome originaire du Mozambique. 

Les conclusions de l’équipe indiquent qu’une naine rouge située à environ 8 années-lumière, appelée HD95735, reçoit nos émissions les plus puissantes, soit 4 gigawatts qui brillent à l’horizon depuis les tours de téléphonie mobile en Chine et aux États-Unis. L’étoile de Barnard, une naine rouge située à environ 6 années-lumière et abritant une exoplanète confirmée, fixe notre équateur, tandis qu’Alpha Centauri A, un soleil situé à l’intérieur d’un système stellaire à trois corps, à environ 4 années-lumière, brille dans notre hémisphère sud.

extraterrestres
— © John Masterson, CSIRO / Wikimedia Commons

L’évolution des technologies

Ensuite, il y a les 1 ou 2 watts que chaque appareil portable émet, ce qui est une mesure assez simple à résoudre étant donné que la plupart des gens possèdent un téléphone portable. Mais de nombreuses variables restent inconnues, notamment en ce qui concerne les satellites. La multiplication des constellations de satellites, comme Starlink, pose de nouveaux défis aux chercheurs. Avec l’avènement de la 5G et des futures générations de technologies, nos émissions pourraient devenir encore plus détectables. 

La constellation Starlink d’Elon Musk, en pleine expansion, représente plus de la moitié des 8 000 satellites qui pullulent sur la planète. Amazon a l’intention de concurrencer le service satellitaire à large bande de Starlink, tandis que la Chine et l’Union européenne développent leurs flottes. Selon l’Union astronomique internationale, 100 000 satellites seront lancés au cours de la prochaine décennie.

Des communications sont en cours à l’intérieur et à l’extérieur de notre Système solaire. Le Deep Space Network, un réseau d’antennes radio puissantes utilisé par la NASA pour communiquer avec ses engins spatiaux, comprend une page web en direct qui indique en temps réel les fréquences et la puissance des nombreux orbiteurs, atterrisseurs et survols de l’organisation. L’objectif de l’équipe est d’extrapoler à partir des données de la NASA. Le résultat final imitera les émissions radio synthétiques de toutes les planètes du Système solaire.

S’abonner
Notifier de
guest

2 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
MAILLARD Yves
MAILLARD Yves
11 jours

Bien sûr que les petits hommes verts nous écoutent ! Ils lisent aussi les articles de Dailygeekshow et ça les fait mourir de rire !

rustinette
rustinette
8 jours

les ET je ne sais pas mais l’ETAT oui, avec vos smartphones et compagnie, écouté, surveillé, influencé etc…..

Last edited 8 jours by rustinette