Du jamais vu : cette étoile a survécu à pas moins de cinq supernovas !

Une équipe d’astronomes reconnus a observé un fait unique en son genre : une étoile semblant ressusciter à plusieurs reprises depuis 1954. L’astre a en effet survécu à pas moins de cinq supernovæ, censées représenter son dernier rayonnement avant sa disparition.

Une bien étrange étoile qui a « ressuscité » cinq fois depuis 1954

Jusqu’à aujourd’hui, la communauté scientifique était catégorique : chaque supernova observée représentait l’explosion finale d’une étoile, son dernier rayonnement avant qu’elle ne disparaisse. Mais une étude publiée dans la revue scientifique Nature remet en question tout ce qu’on l’en pensait savoir de leur fonctionnement. Cette étoile, c’est uPTF14hls.

uPTF14hls est située à environ un milliard d’années-lumière de notre planète, et depuis 1954, elle a survécu à pas moins de cinq explosions différentes. La dernière, observée en septembre 2014, lui ayant probablement été fatale. Comme l’explique The Guardian : « lorsque les étoiles explosent à la fin de leur vie, elles peuvent briller avec une luminosité équivalente à 100 millions de soleils durant trois mois ou plus, avant de définitivement s’évanouir dans l’obscurité« .

Le premier exemple connu de supernova par production de paires

Mais la dernière supernova de l’étoile uPTF14hls a brillé pendant plus de deux ans, et les scientifiques ont pu observer de larges variations de sa luminosité durant ce processus. Comme l’explique Iair Arcavi, astronome à l’Observatoire de Las Cumbres en Californie : « le plus étrange, c’est que même deux ans plus tard, elle était semblable à une supernova d’à peine deux mois». Cet astre est donc le premier exemple connu de supernova par production de paires.

Selon cette théorie scientifique, les étoiles les plus imposantes (d’une masse au moins équivalente à celle de 100 soleils) pourraient ainsi exploser à plusieurs reprises avant de mourir, car elles génèrent de l’antimatière au sein même de leur noyau brûlant (plus d’un milliard de degrés Celsius). Chacune de leurs explosions successives produisant alors un fort rayonnement et projetant d’immenses quantités de matière dans l’espace.

Comme le souligne Ashley Pagnotta, du College of Charleston en Caroline du Sud : « elle entre aisément dans le top 5 des supernovæ les plus étranges jamais observées« .


L’expression “mettre la pâtée” vient de la bataille de Patay où Jeanne D’Arc a battu à plate couture les Anglais

— @DailyGeekShow