Au Kenya, les excréments des hippopotames sont si nombreux qu’ils asphyxient les poissons

La cohabitation entre espèces animales peut parfois avoir des conséquences inattendues sur la santé de certaines d’entre elles. Au Kenya, les poissons traversant la rivière Mara meurent à cause d’un fléau incontrôlable : les déjections des hippopotames. Cependant, même si ce phénomène semble horrible, il participe au bon fonctionnement de l’écosystème local.

UNE QUANTITÉ MASSIVE D’EXCRÉMENTS DÉVERSÉE PAR JOUR

Longtemps, les chercheurs ont pensé que ce phénomène était dû à une utilisation de pesticides par les agriculteurs locaux. Cependant, ce sont bien les excréments des hippopotames qui sont responsables et pour cause : ils en produisent chaque jour des quantités colossales. La nuit, ils quittent la rivière pour manger jusqu’à 40 kilos de plantes.

Quand le jour se lève, ils retournent dans l’eau afin de se protéger du soleil et de la chaleur. Comme ils ne quittent pas la rivière, ils font leurs besoins dans l’eau. Les chercheurs estiment que chaque jour, les hippopotames déversent sur environ 100 kilomètres de rivière 8500 kilogrammes d’urine et de crottes.

COMMENT LES CROTTES D’HIPPOPOTAMES TUENT-ELLES LES POISSONS ?

Les excréments des hippopotames s’accumulent dans la vase qui est piétinée en permanence par les animaux. Quand la saison sèche arrive, les hippopotames se rassemblent dans des bassins de plus en plus petits à cause de la baisse du niveau de l’eau. Le piétinement des hippopotames fait que les excréments sont brassés plus régulièrement, libérant des bactéries qui consomment l’oxygène.

Il ne reste alors dans l’eau que de l’ammonium, du sulfure d’hydrogène, du méthane et du dioxyde de carbone. Les poissons, prisonniers de ce piège toxique, meurent asphyxiés. Il suffit alors que de fortes pluies surviennent pour déverser ces poissons morts le long des berges de la rivière Mara.

UN ÉLÉMENT CLÉ DE L’ÉCOSYSTÈME ?

Cet événement est depuis des millénaires parfaitement intégré au bon fonctionnement de l’écosystème local. Quand les poissons meurent, leurs restes remontent à la surface et deviennent le repas de plusieurs espèces. Charognards et crocodiles dévorent sans attendre ce festin.

Au-delà de la quantité de nourriture que cela offre, les écoulements rincent également les bassins des hippopotames. La vase contenant leurs excréments descend alors la rivière, emportant avec elle matière organique et nutriments nécessaires au développement de la vie. Les poissons morts et les crottes d’hippopotames ont beau s’accumuler dans la rivière Mara, ils sont indispensables au bon fonctionnement de l’écosystème.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux