— michaeljung / Shutterstock.com

Tous les 3 ans paraissent les résultats très attendus de l’enquête PISA, réalisée par l’OCDE. Évaluant les compétences d’élèves de 15 ans dans trois domaines distincts (culture mathématique, culture scientifique, compréhension de l’écrit), elle est généralement très attendue par l’ensemble des 79 pays évalués, dans lesquels elle fait généralement autorité. Cette année, tout comme il y a trois ans, la France affiche une copie moyenne, qui met en exergue la difficulté du pays à réduire les inégalités qui subsistent entre les élèves très performants et ceux qui rencontrent de grandes difficultés.

L’étude PISA, un outil influent pour la politique éducative des pays

Le « Programme international pour le suivi des acquis des élèves », souvent simplifié par l’acronyme PISA, est un classement triennal qui vise à évaluer les compétences de 600 000 élèves (dont 6 000 en France) dans les domaines mathématiques, scientifiques et de la compréhension de l’écrit. Enquête réputée dont la qualité est reconnue dans le monde entier, elle vise à évaluer les compétences et les acquis des élèves de 15 ans et est suivie de très près par les ministères de l’Education. Non contente d’évaluer acquis scolaires et connaissances des élèves, elle étudie également leur application et leur utilité dans la vie courante, ainsi que la capacité à analyser et à communiquer des étudiants. En France comme partout ailleurs, elle est utilisée pour sa capacité à pointer du doigt les progrès réalisés par rapport aux années précédentes, mais également pour son évaluation concrète des faiblesses du système éducatif français. Cette année encore, elle sera utilisée par les locataires de la rue de Grenelle pour prendre des décisions capitales visant à renforcer le système éducatif français.

La France, élève moyenne en matière d’éducation

Cette année, la France se situe à la 23e place du classement. Un résultat quasiment similaire à celui de 2016, dans lequel notre pays s’octroyait la 26e place. Au vu des résultats obtenus, les élèves français sont donc des élèves majoritairement moyens. Un constat étayé en comparant les scores obtenus par les élèves français à ceux de la moyenne constatée globalement par l’OCDE. Ainsi, sur un score allant de 0 à 1000 points, les élèves français obtiennent 495 en mathématiques (contre 489 pour la moyenne de l’OCDE), 493 en compréhension écrite (contre 487 pour l’OCDE) et 493 en sciences (contre 489 pour l’OCDE). Des résultats qui placent la France sur un pied d’égalité avec d’autres pays comme l’Allemagne, la Belgique, la Slovénie et la République tchèque. On note les excellentes performances de quatre provinces chinoises : Pékin, Shanghai, Jiangsu, Zhejiang qui caracolent en tête avec un total de 555 points, suivies de près par la cité-État de Singapour (549 points), Macao (525 points), Hong Kong (524 points), puis par l’Estonie (523 points), le Canada et la Finlande qui cumulent tous deux 520 points. Autre fait marquant : le Royaume-Uni, pourtant comparable à la France en termes de population, obtient un bien meilleur score avec une moyenne de 504 points.

La France, championne des disparités scolaires

Comme l’explique Eric Charbonnier, analyste à l’OCDE, ces résultats illustrent les lacunes de l’institution française en matière de traitement des inégalités socio-économiques entre les élèves, mais également la mauvaise formation et prise en charge des professeurs des écoles, pourtant au coeur du système éducatif.

Ainsi, notre pays se situe « dans le groupe des quatre ou cinq pays les plus inégalitaires » parmi les pays occidentaux, selon Eric Charbonnier. Ainsi, la France est l’un des pays où le lien entre milieu socio-économique et performance scolaire est le plus fort : il existe ainsi une différence moyenne de 107 points au test PISA entre les élèves issus d’un milieu favorisé et ceux venant d’un milieu défavorisé, contre 89 points en moyenne pour l’ensemble des pays évalués. Un chiffre considérable : comme le souligne Pauline Givort, analyste à l’OCDE, « les élèves défavorisés ont cinq fois plus de risque de se retrouver en difficulté que les autres, en compréhension de l’écrit ». Autre constat désolant : les élèves issus de milieux défavorisés, même brillants, font preuve de moins d’ambitions post-bac que les autres, par manque de soutien ou d’accompagnement de la part des enseignants. Des difficultés qui touchent tout particulièrement les élèves issus de l’immigration, qui peinent à compenser leurs handicaps socio-économiques.

Un problème qui s’explique par plusieurs facteurs : « En France, on fait beaucoup de réformes, mais elles ne sont pas mises en place de façon homogène sur le territoire », souligne Gabriela Ramos, directrice du cabinet de l’OCDE. Par ailleurs, en France, « ce ne sont pas les enseignants les plus expérimentés qui sont envoyés dans les établissements les plus défavorisés », ajoute Eric Charbonnier.

Autre difficulté qui empêche la France de faire progresser son système éducatif : l’indiscipline. Un élève de 15 ans sur deux déplore le chahut et le désordre dans la plupart des cours, et ce phénomène est davantage accentué dans les établissements les plus en difficulté, et pénalise ainsi les élèves les plus fragiles.

La solution ? Selon Eric Charbonnier, de meilleures bases dès le début de la scolarité pourraient résoudre une partie du problème : « Les pays qui réussissent ont misé sur la réduction de l’échec scolaire dès le primaire. Car les difficultés s’accentuent au fur et à mesure de la scolarité. »

Autre solution envisagée, un meilleur suivi et une formation plus poussée et plus suivie en fonction des professeurs, en mettant en place des pédagogies plus adaptées aux élèves en difficulté, et en affectant les professeurs les plus expérimentés dans les endroits les plus difficiles.

L’école française a donc de beaux jours devant elle, et les difficultés qu’elle rencontre en termes d’inégalités et de formation de ses professeurs ne sont pas une fatalité. Reste à savoir quel investissement le gouvernement et les pouvoirs publics seront prêts à lui consacrer dans les années à venir…

2
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
magnan Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
chlinilolo
Membre
chlinilolo

dans les années 1979 à 1982, avant de pouvoir travailler dans ma discipline, j’ai effectué des remplacement d’enseignants dans des collèges techniques et lycées d’enseignements techniques. je n’avais donc aucune formation en qualité d’enseignante et de plus j’enseignais une matière que je n’avais jamais apprise…J’ai dû donc me mettre très… Lire la suite »